Eglise baptiste biblique : Une convention nationale pour combattre le péché


La convention nationale annuelle de l’Eglise Baptiste biblique s’est tenue à Ouagadougou, ce 8 février 2020. Devant les fidèles, le révérend Roger Sanan Eliou a développé le concept du péché dans la vie du chrétien.

Pour planter le décor, le révérend Roger Sanan Eliou a expliqué que toute la communauté chrétienne est unanime sur l’existence du péché dans la vie de l’humain. Le mot « péché » vient du latin et se traduit littéralement par « faute, erreur, crime, faux pas, se tromper ».

Le pasteur insiste sur le fait que le péché est réel et se manifeste comme un vice qui enfante un virus destructeur pour l’homme. Depuis la naissance du péché dans le jardin d’Eden, l’homme est dominé par la nature. Et il a fallu que le Christ Jésus, de par sa mort et sa résurrection, a détruise le péché, explique le pasteur Eliou.

De l’enseignement du révérend Roger Eliou, on retient que le péché pousse l’homme à l’isolement pour faire le mal. Aussi, le péché utilise l’homme comme un intermédiaire pour mettre deux personnes en conflit, tout comme le serpent entre Dieu et Eve. En troisième position, explique-t-il, le péché exerce une puissance sur l’homme pour le dominer dans le mal.


Dans la subdivision du péché, selon la formule post-moderne et scientifique, le péché se traduit par le délire, le médium (médier) et l’éduction (éduire).

Le révérend Roger Elioum a expliqué que la connaissance des péchés permet de lutter contre les forces du mal et de combattre l’insécurité au Burkina Faso. Aussi, le pasteur a expliqué que le Burkina Faso est victime des esprits issus de la loi générale de l’Eductum. Il a donc exhorté le peuple de Dieu à sortir de la falsification, en quittant la parure, l’indécence et tout ce qui conduit aux péchés et à ses conséquences nuisibles sur la vie de l’homme.

Pour délivrer le Burkina Faso, les fidèles de l’église réunis en conférence ont prié pour chasser les esprits qui hantent le pays, et qui conduisent à la violence sous toutes ses formes.

E.K.S.

Lefaso.net





Burkina

A lire aussi

Laisser un commentaire