Guinée : vers la prise de sanctions contre les promoteurs du 3ème mandat par l’UE ? | Africa Guinee


STRASBOURG- Les exactions commises par les forces de l’ordre sur des citoyens pendant les manifestations contre le changement constitutionnel en Guinée interpellent le parlement européen.

Alors que 37 personnes ont été tuées en Guinée depuis le mois d’octobre, début de la contestation contre le projet de nouvelle Constitution, le parlement européen pourrait prendre une résolution le jeudi 14 février prochain sur cette crise occasionnée par la volonté du président Alpha Condé de changer l’actuelle Constitution.

Le sujet est inscrit à l’ordre du jour du document adopté par la conférence des présidents. Selon nos informations, les débats porteront sur des cas de violation des droits de l’homme, de la démocratie et de l’Etat de Droit. La situation en Guinée-Conakry, notamment les violences commises à l’encontre des manifestants, ainsi que d’autres sujets similaires seront débattus de 10h00 à 11heures 50, selon un document consulté par Africaguinee.com.

Toutes sortes d’exactions ont été enregistrées en Guinée depuis le début des manifestations contre le changement de la constitution. En plus des cas de meurtres non encore élucidés, des policiers ont été filmés en train de prendre une femme comme bouclier contre des lanceurs de pierres. L’affaire qui a suscité une véritable onde de choc  a ému jusqu’au-delà des frontières guinéennes. 

A Conakry, le FNDC espère qu’une résolution sera votée pour sanctionner les dirigeants guinéens. « Il est fort probable qu’une résolution soit votée au parlement européen pour sanctionner les dirigeants guinéens et inviter les Etats Européens à suspendre les aides en vers le gouvernement guinéen dans ses projets publics de développement. Cette résolution est en étude au niveau du parlement européen, le vote est prévu la semaine prochaine. Nous sommes dans cette logique, c’est pourquoi nous avons toutes les listes, tout ce que nous faisons nous transmettons à l’UE, aux USA, aux autres institutions de défense des droits de l’Homme pour arriver à la prise  des sanctions individuelles ou collectives à l’encontre des personnes qui sont en train d’amener le pays vers le chao », a confié à notre rédaction un responsable du FNDC.

A suivre…

 

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tél. : (00224) 655 311 112



africa guinee

A lire aussi

Laisser un commentaire