Il faut réinventer la cause palestinienne



Les Palestiniens ont mené toutes sortes de combats, souvent contradictoires, et qui ont toujours conduit à l’échec. Il est temps de rompre avec les discours passés et désacraliser la cause palestinienne, juge cet intellectuel libanais.

Le “deal du siècle” mérite la bronca qu’il a suscitée, et même plus. Il constitue en effet un déni du droit et de l’équité. C’est un donnant-donnant entre deux “leaders” [Trump et Nétanyahou] qui sont tous les deux suspendus au verdict d’un tribunal et dans l’attente d’élections. Ils ont traité le sujet comme s’il s’agissait d’une question immobilière, en passant outre les Palestiniens et sans se préoccuper de la légitimité internationale. Par conséquent, l’échec est probable.

Mais ce “deal” n’en est pas moins dangereux. Il risque de faire jurisprudence pour consacrer un fait accompli. Par ailleurs, il montre qu’on veut tourner la page de ce conflit, à tout prix. Ou plus probablement sans en payer le prix.

Toutefois, il ne tombe pas du ciel. Il n’est pas non plus le résultat d’un “complot” par-ci ou d’une “trahison” par-là. Il est le résultat de l’histoire, de tout un siècle de lutte, un siècle au cours duquel beaucoup de changements advinrent, non seulement dans le monde arabe, mais plus encore dans le reste du monde. Ces changements ont été massivement défavorables aux Palestiniens, que la mauvaise fortune conjuguée à de mauvais choix politiques ont placés en position de faiblesse dans les négociations.

Ils ont tout essayé

Ils ont vécu un siècle de défaites. On ne peut pas leur reprocher de ne pas avoir tout essayé. Mais ça n’a jamais marché, ni quand ils se sont présentés le couteau entre les dents, ni quand ils ont montré patte blanche.

En 1936, c’était autour des grandes familles et des clans que s’organisait leur lutte. Après 1967, ce sont les organisations politiques et les factions militaires qui ont pris le relais. Puis à partir de 1983, cela s’est fait sous l’égide d’une Autorité palestinienne.

Ils ont lutté avant, pendant et après la guerre froide, de manière pacifique, de manière violente, d’une Intifada (1987-1993) à l’autre (2000-

[…]

Hazem Saghieh

Lire l’article original

Source

“Le Moyen-Orient” se présente comme le “quotidien international des Arabes”. Edité par Saudi Research and Marketing – présidé par un frère du roi –, il se veut modéré et combat le radicalisme arabe, même si plusieurs de ses journalistes affichent

[…]

Lire la suite





A lire aussi

Laisser un commentaire