» La démarche innovante ‘JOKOOK CESE’, se veut contributive à la création d’1 million d’emplois d’ici 2023… »


Développant des avis favorables à l’emploi des jeunes car, étant interpellé sur les défis et urgences multiformes auxquels fait face notre pays, le Conseil économique, social et environnemental veut développer l’employabilité des jeunes.

 

Ce Samedi, le CESE a jugé nécéssaire de rencontrer certains chefs d’entreprise à Dakar pour interagir avec les populations et les acteurs dans la vie économique, sociale et environnementale. Toutefois, il a été choisi un thème spécifique intitulé :  » Formation, insertion des jeunes et métiers d’avenir » pour contribuer à la déclinaison d’avis et de propositions visant à donner une suite répondant favorablement à la question de la formation et de l’emploi. 

 

La présidente du Conseil économique social et environnemental, qui a présidé cette recontre à laquelle « Network and Business Link »( NBL) a participé, a noté l’importance de la promotion de l’animation scientifique. « Nous devons avoir des cadres d’échanges inclusifs pour mieux aborder les questions d’intérêt majeur. » Dans le cadre du thème, Aminata Touré affirmera que l’idée est de combiner les efforts pour lutter contre le chômage. Il s’agira donc pour le CESE d’engager ces defis liés à la politique de l’emploi et de la formation des jeunes.

 

C’est toute l’importance de cette démarche innovante intitulée « JOKOOK CESE », prouvant la préocupation du Conseil économique, social et environnemental qui a tenu à décliner quelques avis dans le sens de la résolution de cette problématique liée à l’emploi et à la formation des jeunes.

 

Les avis du CESE pour interagir sur la problématique, les opportunités liés à l’emploi

 

Pour la présidente du Conseil, il faudrait travailler pour mieux contribuer sur le programme de création d’un million d’emplois d’ici 2023.

 

Le CESE propose des stratégies opérationnelles en matière de création d’emploi pour les jeunes. Il s’agira plus spécifiquement de faire recours aux bonnes pratiques observables dans le domaine de l’emploi et qui peuvent constituer des dispositifs modèles capables d’être disséminés sur l’ensemble du territoire, de construire de nouveaux mécanismes pour le développement de l’auto-emploi. Le Conseil économique social et environnemental suggérera en outre, une meilleure adaptation du dispositif de formation professionnelle aux réalités du marché du travail et aux exigences du développement national.

Concernant les impacts sur le développement de l’auto-emploi des jeunes, Aminata Touré et ses membres ont procédé à une analyse exhaustive des impacts des initiatives pilotes en matière de rénovation de l’emploi, de la promotion de la créativité dans des conditions respectueuses des principes du travail décent.



Dakaractu

A lire aussi

Laisser un commentaire