la vente aux enchères de permis de chasse à l’éléphant fait polémique



Publié le :

Le gouvernement a procédé cette semaine à la vente de six permis permettant de tuer dix éléphants chacun. C’est la première vente aux enchères de ces autorisations, depuis le rétablissement très controversé en mai dernier de la chasse aux éléphants dans ce pays. Le Botswana abrite la plus importante population d’éléphants au monde, soit environ 135 000 éléphants en liberté.

Au total six permis, vendus entre 330 000 à 430 000 dollars l’unité.

Chaque permis donne le droit d’abattre dix éléphants, excepté ceux porteurs d’un collier destiné à suivre leurs mouvements, et donc protégés.

L’identité des acheteurs n’a pas été révélée. Mais ces enchères sont ouvertes aux entreprises enregistrées dans le pays et ayant une expérience attestée de la chasse. Il s’agit bien souvent d’agences de tourisme spécialisées, qui revendent ensuite ces permis à des chasseurs du monde entier.

Le rétablissement de la chasse l’année dernière par le président botswanais a suscité une vive polémique. Celui-ci estime qu’il en va de la survie de l’espèce, que leur développement incontrôlé menace les moyens de subsistance de la population locale. Son prédécesseur Ian Khama, fervent protecteur de l’environnement, avait interdit la chasse commerciale.

Les ONG de protection de l’environnement dénoncent cette nouvelle source de revenus pour le pays. Ils avaient obtenu l’interdiction totale du commerce de l’ivoire pour protéger cette espèce menacée par le braconnage. Ajoutant que la chasse n’est pas un moyen efficace à long terme de réguler le nombre d’éléphants.



rfi

A lire aussi

Laisser un commentaire