Divers Economie


Le dirham s’apprécie de 0,24% par rapport à l’euro en janvier

Le dirham s’est apprécié de 0,24% par rapport à l’euro et de 0,14% vis-à-vis du dollar américain au cours du mois de janvier 2020, selon Bank Al-Maghrib (BAM).
Pour ce qui est des opérations de Bank Al-Maghrib avec les banques, aucune séance d’adjudication n’a été tenue depuis avril 2018, relève la banque centrale dans sa revue mensuelle de la conjoncture économique, monétaire et financière de février 2020.
Sur le marché interbancaire, le volume des échanges de devises contre le dirham s’est établi à 28,4 milliards de dirhams (MMDH) en décembre 2019, en hausse de 12,6 MMDH par rapport au même mois une année auparavant, fait savoir la même source.
S’agissant des opérations des banques avec la clientèle, leur volume s’est situé en décembre à 26,2 MMDH pour les achats au comptant et à 13,8 MMDH pour ceux à terme, contre respectivement 24,6 MMDH et 9,9 MMDH une année auparavant. Quant aux ventes, elles ont porté sur un montant de 25,3 MMDH pour les opérations au comptant et de 5,1 MMDH pour celles à terme, après 22,2 MMDH et 3,2 MMDH respectivement.
Dans ces conditions, la position nette de change des banques, calculée comme la différence entre les créances et les engagements en devises des banques, est ressortie négative à 1,1 MMDH à fin janvier, après un solde de -2,1 MMDH à fin décembre 2019.

L’Association AMIAG met en garde contre des mesures fiscales de la loi de Finances

L’Association AMIAG a tenu récemment une réunion à Casablanca, en présence de l’ensemble des sociétés du secteur de l’irrigation (fabricants, importateurs, revendeurs et installateurs).
Selon un communiqué de presse de cette association, plus de 200 opérateurs ont assisté à cette réunion qui avait pour but de discuter des nouvelles dispositions de la loi de Finances 2020, plus précisément celles portant sur l’application de l’exonération de la TVA sur le matériel de micro-irrigation par goutte-à-goutte.
« Ces nouvelles dispositions prévoient, pour le maintien de l’exonération, des procédures impossibles à mettre en œuvre dans la pratique », a souligné la même source. Et de préciser : « Ces mesures, si elles sont maintenues feront perdre le bénéfice de l’exonération de la TVA sur les équipements de goutte-à-goutte aux petits agriculteurs et feront disparaître toutes les TPE/PME distributrices et installatrices de ce matériel (plus de 1.000 sociétés qualifiées et classifiées par le ministère de l’Agriculture) ».
AMIAG a également assuré que « tous les professionnels mettent en garde contre ces mesures non concertées, qui en plus mettent à mal tout un secteur d’activité et entravent à coup sûr l’avancement du Programme national d’économie d’eau (PNEEI) ».






libe

A lire aussi

Laisser un commentaire