Après la tuerie en Thaïlande, l’heure de vérité pour les forces armées



À la suite de la tuerie de masse commise par un soldat thaïlandais, qui a fait 30 morts, l’armée doit revoir les mesures de sécurité dans les armureries et mettre un terme aux abus de pouvoir de la hiérarchie, estime cet article du Bangkok Post.

La Thaïlande pleure la mort des innocents tués le 8 février par un militaire dans la ville de Nakhon Ratchasima, dans le nord-est du pays. [30 personnes sont mortes et 58 ont été blessées dans cette tuerie de masse.]

La majorité des victimes se trouvait dans un centre commercial, le Terminal 21. Pris d’une folie meurtrière qui a duré 17 heures, le sergent Jakrapanth Thomma, 32 ans, a tiré au hasard sur les gens qu’il croisait et pris de nombreux otages.

Avant d’aller au centre commercial, il avait abattu son supérieur, la belle-mère de celui-ci et une autre personne. Il s’est ensuite enfui dans un véhicule de l’armée chargé d’armes et de munitions après avoir tiré sur le soldat qui gardait l’armurerie.

Jakrapanth, qui était un tireur d’élite basé à la caserne de Surathampithak, a posté des descriptions et des vidéos de ses actes sur Facebook.

Soupçons de 

[…]

Editorial

Lire l’article original

Source

Fondé en 1946, ce journal indépendant, en anglais et réalisé par une équipe internationale, s’adresse à l’élite urbaine et aux expatriés. Il est apprécié pour son sérieux et son impartialité dans le traitement et l’analyse de l’

[…]

Lire la suite





A lire aussi

Laisser un commentaire