Guinée : Damantang Camara dans le collimateur du FNDC… | Africa Guinee


CONAKRY-Le front national pour la défense de la constitution porte de graves accusations contre le  ministre de la  sécurité et de la protection civile. Damantang Albert Camara est accusé d’avoir menacé l’équipe médicale du FNDC. Aujourd’hui la croix rouge qui porte secours aux blessés pendant les manifestations ne travaille plus, a-t-on appris. MERCI  de lire cette déclaration du FRONT qui vient de nous parvenir.

« Le FNDC constate avec consternation la multiplication des actes de persécution, d’intimidation et de menace à l’encontre de ses membres et partisans, de la part d’un pouvoir fébrile et en perte de repère. Le dernier cas en date est celui de Docteur Bella Kola Diallo qui est constamment persécuté et menacé de mort dans le seul but de l’empêcher de porter assistance aux personnes blessées ou tuées en marge des manifestations organisées par le FNDC. Pourtant, ce jeune et brillant médecin, membre dévoué du FNDC, ne fait que respecter le serment d’Hippocrate en tentant de sauver les vies des innocentes victimes des forces de défense et de sécurité qui sévissent sauvagement dans les différents quartiers de Conakry.

Dr Bella Kola Diallo agit en toute légalité lorsqu’il réfère les victimes à la Croix Rouge ou aux différentes structures de santé. C’est en cela que consiste sa contribution citoyenne dans le combat que mène le FNDC contre le coup d’État constitutionnel en cours dans notre pays. Il est complètement insensé de s’acharner contre un honnête citoyen qui assiste ses compatriotes en difficulté et protéger les véritables auteurs et commanditaires des meurtres de nos concitoyens. Tout cela dénote de la décadence morale et de l’irresponsabilité de l’État guinéen qui cherche coûte que coûte à se dédouaner des crimes odieux commis par ses propres services de maintien de l’ordre qui sont sous les ordres de M. Alpha Condé et du clan mafieux qui l’entoure. Au lieu d’assumer les assassinats ciblés dont il est auteur, le gouvernement guinéen cherche désespérément à faire porter la responsabilité du meurtre de 37 victimes de répressions policières à un respectable jeune médecin qui devrait au contraire être honoré pour le travail remarquable qu’il accomplit.

Les menaces contre le responsable de l’équipe médicale du FNDC viennent principalement de M. Damantang Albert Camara, Ministre de Sécurité et de la protection civile, du Colonel Balla Samoura, Directeur de la gendarmerie régionale de Conakry et de plusieurs autres extrémistes du pouvoir. Par les agissements éhontés de ces personnes sans foi ni loi, Dr Bella est victime d’une vaste campagne de diabolisation sur les réseaux sociaux où il est présenté en tueur en série qui alerte la Croix Rouge et les services de santé à chaque fois qu’il y a des cas de morts et de blessés suite aux manifestations du FNDC. Pire, sa tête est mise à prix selon les messages de menace et de désinformation à son sujet. Le FNDC prévient ses détracteurs qu’aucune machination de ce genre ne saurait le détourner de son noble combat pour la défense des intérêts de la Nation.

Le FNDC dénonce l’acharnement des ennemis de la République contre le brave Dr Bella Koula Diallo et lui apporte son soutien indéfectible pour le travail remarquable qu’il accomplit au sein de notre l’équipe médicale. Le FNDC reconnaît l’apport inestimable de Dr Bella Kola Diallo dans la recherche de la vérité car grâce à son implication personnelle auprès des structures de santé, des autopsies ont été réalisées sur la plupart des corps qui y ont été acheminés. Le FNDC dénonce également l’instrumentalisation de la Croix Rouge guinéenne et des structures de santé de notre pays, par le pouvoir qui use de menaces pour les empêcher de sauver des vies des victimes des forces de l’ordre.

Le FNDC prend à témoin l’opinion nationale et internationale des menaces de mort contre Dr Bella Kola Diallo et tient le gouvernement guinéen pour responsable de tout ce qui lui arrivera à partir de cet instant.

Ensemble unis et solidaires, nous vaincrons!

Conakry, le 11 février 2020″

 



africa guinee

A lire aussi

Laisser un commentaire