Italie : des mesures d’urgence à l’étude face au risque de nouvelle récession



Publié le 11 févr. 2020 à 16h00

Le spectre de la récession plane sur l’Italie. 
Les prévisions de croissance pour 2020

 viennent d’être 
revues à la baisse à seulement 0,2 %

. Selon l’Istat, l’industrie a enregistré ses pires résultats depuis 2014 avec une chute significative de sa production. Celle-ci a été de plus de 4 % en décembre, de 1,3 % pour l’ensemble de l’année 2019 après un recul de 3 % en 2018. Le secteur automobile s’est véritablement effondré l’an dernier (-19 %). Le ministre de l’Economie 
Roberto Gualtieri

explique ces mauvais chiffres par « un fort ralentissement de la demande internationale et donc des exportations comme le prouvent des chiffres similaires en France et en Allemagne ». Ceux de l’Italie sont néanmoins pires que ceux de ses voisins.

Mesures fiscales

Pour 
Stefano Patuanelli, le ministre du Développement économique

, « il faut un effort immédiat de la part du gouvernement pour inverser la tendance et démontrer sa proximité avec les secteurs industriels en crise du pays ». Un décret croissance bis sera prochainement adopté. Il accentuera les mesures fiscales adoptées l’an dernier à destination des entreprises, pour protéger le Made in Italy et pour investir dans la modernisation de l’outil industriel. Selon le rapport intitulé « L’économie globale et l’Italie » du Centre d’études Einaudi-Ubi, il manquerait 54 milliards d’euros d’investissements dans une économie italienne en convalescence continue depuis la grande crise de 2008.

Un moratoire sur les impôts envisagé

Le c
oronavirus

pourrait provoquer sa rechute. Une réunion de crise a été convoquée au Palazzo Chigi pour faire le point sur ses conséquences économiques et les réponses à apporter pour limiter ses effets. Une task force sera constituée pour faire le point dans chaque secteur de l’économie italienne avec la mise en place d’un fonds pour les PME/PMI dont la production s’est arrêtée ou a été ralentie à cause du virus. « C’est comme un tremblement de terre », a commenté le ministre du Tourisme.

Un moratoire sur les impôts et les prêts bancaires pour les entreprises les plus touchées est envisagé comme après un séisme. Les réservations dans les hôtels de la péninsule, première destination des touristes chinois, sont en baisse de 40 %. Les secteurs de la mode et de l’industrie du luxe tremblent déjà, car entre 40 et 50 % de leur chiffre d’affaires dépendent des achats asiatiques. 32 % du PIB italien est tributaire des exportations et 13 milliards d’euros sont en jeu concernant la Chine.

Soutenir le Made in Italy

L’agence italienne pour le commerce extérieur débloquera 300 millions d’euros pour soutenir le Made in Italy. Le président de Confindustria, Vincenzo Boccia demande au gouvernement d’assouplir 
les mesures de précaution adoptées vis-à-vis de la Chine

à commencer par l’interdiction des vols depuis et à destination de ce pays. Il se fait l’écho de plus en plus d’acteurs du monde économique qui redoutent des 
mesures de rétorsion de la part de Pékin

. La Chine devait faire bénéficier l’Italie de 20 milliards d’euros d’investissements prévus dans son projet de nouvelle route de la soie.

Votre journal de référence pour bien démarrer 2020

Depuis plus de 110 ans, la rédaction des Echos a développé une expertise unique dans la couverture de l’actualité.

Nos 200 journalistes à Paris, en régions ou à l’étranger sont sur le terrain au contact des dirigeants politiques, des entreprises ou des spécialistes pour vous proposer une information vérifiée, des interviews exclusives, des explications chiffrées et des analyses pointues pour permettre de mieux comprendre le monde d’aujourd’hui et de s’approprier les enjeux de demain.

Abonnez-vous à votre tour et bénéficiez d’une couverture unique et experte de l’actualité, d’un accès illimité à l’intégralité du travail de nos journalistes : analyses, exclusivités, enquêtes, newsletters ainsi qu’à la version premium du site.

Je découvre les offres



A lire aussi

Laisser un commentaire