Le juteux braconnage des alevins d’anguilles dans les rivières d’Europe



Les civelles, très présentes en Europe, sont aussi très appréciées en Asie. Conséquence : le trafic illégal de ces alevins d’anguille rapporte énormément, explique Il Sole 24 Ore.

“Selon Europol, l’agence paneuropéenne de police, environ 350 millions d’alevins d’anguilles qui transitent chaque année en Europe font l’objet d’un commerce illégal”, raconte Il Sole 24 Ore. Cela correspond à un quart des civelles qui, en tout, pénètrent dans les estuaires européens. Ce braconnage rapporte autour de trois milliards d’euros, poursuit le quotidien économique italien.

Les civelles suivent le Gulf Stream depuis la mer des Sargasses [au large des Antille, pour venir remonter les cours d’eaux européens, où elles sont pêchées. Elles sont ensuite vendues, notamment en Asie, où ce sont des mets très recherchés. Au Japon, 100 millions de kilos d’alevins d’anguille sont consommés chaque année, précise Il Sole 24 Ore.

Coopération policière européenne

Pour tenter de contrer le phénomène, Europol, en collaboration avec Eurojust (unité de coopération judiciaire européenne) et Interpol, a lancé en 2015 l’opération LAKE, qui rassemble 11 pays, dont la France, pour un total de 448 opérations à travers l’Europe. Le coup de filet le plus important a eu lieu en 2019 et a conduit à “l’arrestation de 43 personnes et la saisie de 737 kilos de civelles.”

Mais un événement pourrait venir freiner les interventions des autorités : le Brexit. En effet, conclut le journal italien, “la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne rendra plus complexe la coopération”. Une coopération qui avait notamment permis de démanteler un trafic d’anguilles via le Royaume-Uni, d’une valeur de 53 millions de livres sterling (62,8 millions d’euros).





A lire aussi

Laisser un commentaire