Les boulangers se fâchent à Mamou: pénurie de pains dans la ville carrefour… | Africa Guinee


MAMOU-Le bras de fer entre boulangers et autorités continue de plus belle dans la préfecture de Mamou, qui fait face à une pénurie de pains sans précédent depuis quelques jours.

Les boulangers de Mamou menacent de partir en grève suite à l’accord trouvé entre leur syndicat et le ministère du commerce. Un accord qui indique que le prix de la miche de pain ordinaire doit être fixé à 3000FG sur toute l’étendue du territoire nationale. Mais l’accord fâche les boulangers à Mamou qui se sont fait entendre hier dans la ville carrefour. L’antenne locale de cette structure à Mamou ne compte pas se plier à cette décision. Elle l’a fait savoir ce samedi par le refus de faire le pain au niveau de tous les fours dans la commune urbaine.

Dans la nuit du samedi au dimanche matin, plusieurs d’entre eux ont été arrêtés avant d’être libérés. Ce lundi 10 février, les boulangers accompagnés de leurs femmes ont investi la rue commerciale de Mamou au petit matin pour protester contre ce qu’ils appellent d’abus d’autorité de la part des responsables territoriaux, qu’ils soupçonnent d’être à la base de l’arrestation de leurs leaders. Ils se sont dirigés vers le Gouvernorat où des discussions ont été entamées, mais qui se sont soldées par un échec.

 « On voulait augmenter le prix à partir de ce lundi, malheureusement ils nous ont arrêté dès le dimanche. On nous a convoqués à la police. Moi c’est mon père qu’on a arrêté en premier, je me suis présenté et on nous a tous mis en garde à vue personne n’a été enfermé. Par après, on nous a dit de se rendre au gouvernorat ou chez le préfet. On n’a pas peur car on a rien fait. On travaille à perte et on ne peut pas continuer comme ça. On va s’endetter chez les commerçants et finalement pour fuir laisser nos familles ici. On ne peut pas faire ça. S’ils descendent le prix de la farine, on va travailler et vendre à 3000. À défaut, on ne peut pas faire ça. Ils vont nous laisser vendre la miche de pain à 3500FG. Nous, nous sommes apolitiques, car vous ne verrez pas un pain où c’est écrit le nom d’un parti politique. Même si on est politique ce n’est pas lié au travail. Chacun a une conviction politique mais ça c’est hors travail. L’augmentation n’est pas liée à la politique. Maitre Bhoye le président du coopératif des boulangers était avec moi à la police. Aujourd’hui au gouvernorat ils nous ont dit que si on ne fait pas le pain et le vendre à 3000FG ils vont nous arrêter et nous mettre dans la plus grande prison de Mamou. Mais, on ne va pas céder. Aujourd’hui on n’a pas fait le pain, demain, on ne le fera pas car on est fatigué. Mais si on arrive à le faire mercredi, ça sera vendu à 3500FG l’unité », a confié Issa Bailo Sow, le président des boulangers et pâtissiers de Mamou.

Le manque de pain au marché impacte négativement les consommateurs dans la ville carrefour. Les citoyens que nous avons interrogés nous ont confié que, d’autres ont été jusqu’à plusieurs km de Mamou ce lundi à savoir Dalaba et Pita, pour se procurer de cet aliment très prisé par la population guinéenne.

Habib Samaké

Correspondant régional

D’africaguinée.com à Mamou



africa guinee

A lire aussi

Laisser un commentaire