Congo-Kinshasa: Grève des magistrats – Tunda ya Kasende ouvert au dialogue !


Le Vice-Premier ministre en charge de la Justice a présidé une réunion avec les délégués des principaux syndicats des magistrats, quelques heures seulement après le déclenchement du mouvement de grève du corps judiciaire lundi 10 février dernier. Ces derniers ont été convoqués en vue des échanges portant sur leurs revendications.

Les magistrats fondent ainsi leur mouvement d’arrêt de travail sur plusieurs revendications somme toute connues de longue date. Elles vont de la révision à la baisse de leur budget contenu dans la loi des Finances de 2020, vient ensuite la réduction de la tension salariale qu’ils trouvent excessive entre eux et les hauts magistrats et, enfin, ils fustigent le prélèvement abusif, selon eux, de l’impôt professionnel sur les rémunérations (IPR), ce qui réduit davantage leur train de vie.

A l’issue de la rencontre, Tunda ya Kasende s’est exprimé face aux médias : « Ce n’est pas en battant du tam-tam que des solutions seront trouvées. Il faut qu’ils viennent pour que nous puissions discuter. On va regarder leur cahier de charges et on va leur présenter les prévisions. Peut-être que ce qu’ils réclament est déjà planifié. Peut-être aussi qu’à notre niveau, tout ce qu’ils demandent est déjà prévu».

Les magistrats interrogés ont évoqué un début de décrispation. Mais, ils promettent de poursuivre leur grève jusqu’à ce que la solution soit trouvée. « Les discussions vont certainement se poursuivre. Nous continuerons notre grève aussi longtemps que le gouvernement ne donnera pas de réponse favorable à nos revendications qui sont légitimes », a soutenu Edmond Issofa, Président du Syndicat autonome des magistrats via des médias interposés.

Transfèrement des détenus de Makala à Luzumu

L’autre dossier qui préoccupe le VPM à la Justice est celui du désengorgement des prisons de la RDC, et principalement, celle de Makala à Kinshasa. Certains pensionnaires de cet établissement pénitentiaire devraient rejoindre le camp de détention de Kasangulu, territoire de Kasangulu, dans la province du Kongo Central, en partie réhabilité grâce à l’appui de l’Union européenne.

Pour l’heure, l’opération est bloquée par manque de moyens. Dans une correspondance adressée au ministre des Finances, Tunda ya Kasende fait savoir que la matérialisation de l’opération de transfert des prisonniers est conditionnée au versement à l’entreprise ENTRASCO la somme de 467.475 euros, montant destiné à la construction de faux plafonds et de grilles métalliques destinés à prévenir les évasions.

Le désengorgement de Makala s’impose, d’autant plus que se basant sur le rapport médical de la prison du 22 janvier 2020, il apparaît que les conditions d’aération dans les pavillons sont pour beaucoup à l’origine de nombreux décès des prisonniers enregistrés ces derniers mois.

Entre le 1er et le 12 janvier, au moins 25 détenus de Makala sont décédés à cause de différentes formes de tuberculose. Sans compter des cas visiblement liés à la malnutrition, préviennent les organisations de défense des droits des prisonniers. « Il y a près de 9.000 prisonniers. Mais, il faut aussi que les médecins nous disent si ces morts ont pour cause ces ruptures de stocks en médicaments et en nourriture », estime, par contre, l’autorité établie à la justice et garde des sceaux.



Read more

A lire aussi

Laisser un commentaire