face à l’urgence, la Grèce ne doit pas céder aux pressions



Le gouvernement conservateur a annoncé la construction en mars de camps fermés sur cinq îles grecques de la mer Egée (Lesbos, Samos, Kos, Chios et Léros) afin de contrôler la circulation des demandeurs d’asile. Ces camps pourront accueillir 20 000 personnes pour une période maximale de trois mois. Les habitants de ces îles, situées face à la Turquie voisine, s’y opposent. Pourtant, met en garde le quotidien Ta Nea dans cet éditorial, chacun devrait prendre conscience de l’urgence du problème.

Même s’il n’a pas eu les bonnes réactions lors de ses premiers mois au pouvoir, le gouvernement [conservateur de Kyriakos Mitsotakis, au pouvoir depuis juillet 2019] semble enfin prendre conscience de l’évolution dangereuse du dossier migratoire, qui est en train de devenir un problème dépassant tout que ce que nous avons connu jusqu’à présent.

Cette situation explosive explique aussi la soudaine rapidité avec laquelle le gouvernement a commencé à agir. D’abord dans la prise de décisions, ensuite – on peut du moins l’espérer – dans la mise en œuvre.

Mais le gouvernement ne doit pas se faire d’illusions. Au point où en sont les choses, une partie de la gestion du

[…]

Editorial

Lire l’article original

Source

Fondé en 1931 et édité par Christos Lambrakis, ce titre du soir est le géant de la presse grecque.
Lancé sous le nom d’Athinaika Nea (Les Nouvelles athéniennes), il devient Ta Nea en 1945. Pendant la semaine, le

[…]

Lire la suite





A lire aussi

Laisser un commentaire