accord trouvé avec les proches des victimes de l’attentat de l’USS Cole



Publié le :

C’est une étape dans un long processus de normalisation des relations entre les États-Unis et le Soudan. Ce jeudi, le ministère soudanais de la Justice a annoncé avoir signé un accord avec les proches de marins américains tués dans l’attentat ayant frappé le destroyer USS Cole, il y a près de vingt ans.

Nous sommes le 12 octobre 2000, dans la rade d’Aden au Yémen. Le navire américain est alors en cours de ravitaillement quand deux kamikazes -chacun à bord d’un canot- viennent se faire exploser contre son flanc. L’USS Cole est sévèrement touché, 17 marins américains sont tués, plus d’une trentaine blessés.

C’est la branche d’al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa) qui revendique cet attentat. L’enquête américaine révèle que les deux kamikazes se sont entrainés au Soudan, Washington juge donc que Khartoum a une responsabilité dans ces évènements. Un point toujours formellement démenti par les autorités soudanaises. Il faut rappeler qu’en 2000, c’était le régime d’Omar el-Béchir qui était en place. Un régime qui est finalement tombé l’année dernière.

Ben Laden au Soudan

Cet accord avec les proches de victimes de l’USS Cole figurait aujourd’hui encore dans la liste des exigences américaines avant de retirer le Soudan de sa liste noire sur le terrorisme. Khartoum y figure depuis 1993, à l’époque où Oussama Ben Laden, le fondateur d’al-Qaïda vivait dans le pays.

À noter que d’autres contentieux liés au terrorisme demeurent entre le Soudan et les États-Unis. À savoir principalement les attentats de 1998 ayant frappé à 10 minutes d’intervalle les ambassades américaines de Nairobi et de Dar es Salaam.



rfi

A lire aussi

Laisser un commentaire