Angela Merkel dans un champ de ruines



La tempête soulevée par l’alliance de la CDU de Thuringe avec l’extrême droite plonge la chancelière et son parti dans une zone de grandes turbulences.

Le contexte politique, tel que l’illustre à la une FAZ-Woche, le magazine hebdomadaire de la Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ), semble désespérant : “La CDU est plongée dans la crise”, Angela Merkel à la proue, mais comment aller de l’avant “sans force” ?

Depuis le séisme de l’union de la droite avec l’extrême droite en Thuringe, le 5 février, et la démission annoncée de la présidente du parti, Annegret Kramp-Karrenbauer (AKK), le 10 février, l’Union chrétienne-démocrate (CDU) se heurte frontalement à la question de savoir : “Quelle attitude adopter avec l’AfD?

Des compromis avec l’AfD sont-ils possibles, comme a tenté de le faire la Thuringe ? Ou tout rapprochement avec ce parti est-il “impardonnable”, comme l’affirme la chancelière ?

Dans l’est du pays, relate le journal, beaucoup ne comprennent pas le violent réflexe anti-AfD de nombreux Allemands de l’Ouest. À l’inverse, ces derniers sont éberlués qu’un grand nombre d’Allemands de l’Est n’associent pas automatiquement l’AfD au nazisme et à Auschwitz. […] Et c’est au sein de la CDU que la confrontation est la plus impitoyable.” La grande erreur d’Angela Merkel, analyse la FAZ, est d’avoir sous-estimé l’aile conservatrice de son parti.

Elle en paie aujourd’hui le prix.”





A lire aussi

Laisser un commentaire