chez Nespresso, les employés pressés jusqu’à la dernière goutte



La réorganisation du temps de travail dans la société de production de dosettes pousse à bout les salariés de Nespresso.

“Augmentation du temps de travail, sous-effectif chronique et épuisement. L’ambiance de travail est pesante chez Nespresso”, écrit le quotidien suisse Le Temps.

Depuis un an, le fabricant de dosettes de café a accéléré la cadence pour les salariés des sites helvétiques d’Avenches, Orbe et Romont. Pour sa production de dosettes en continu, l’entreprise est passée de 5 à 4 équipes par jour, entraînant une augmentation du temps de travail de 41 à 43 heures par semaine en moyenne. “On est passé à un week-end sur deux [travaillé]” et “on cumule parfois 58 heures la même semaine”, ajoutent des salariés cités par Le Temps.

Face à ces changements, le syndicat Unia a sondé les employés de la filiale de Nestlé et a présenté à la presse, le mardi 11 février, des résultats “alarmants”. “Les conditions de travail sont délétères”, résume Abdeslam Landry, secrétaire syndical à Unia Vaud cité par Le Matin.

Les travailleurs sont épuisés, vidés de leur jus. Comme les capsules de café qu’ils produisent, fait remarquer le dessinateur suisse Alex Ballaman dans cette caricature.

Nespresso, pour sa part, se défend en expliquant avoir mis en place, à la fin de janvier, “un ensemble d’initiatives concrètes, en interne, autour de l’équilibre entre travail et vie personnelle pour les employés”. Mais Unia déplore l’absence d’un “vrai dialogue social”, et a annoncé le dépôt d’une plainte auprès de l’inspection du travail dans les cantons concernés.





A lire aussi

Laisser un commentaire