Le Palais de Lomé rouvre et ambitionne d’être le nouveau palace de la culture ouest-africaine – Jeune Afrique


© Louis Vincent / DR Palais de Lomé

Après cinq ans de travaux de rénovation, l’ancienne résidence des gouverneurs, puis des hôtes de la présidence, s’est muée en un centre artistique ouvert à tous.


En ce 21 décembre 2019, assis sur les gazons du jardin ou jouant par petits groupes sous un soleil de plomb, rafraîchis par les courants d’air frais de la mer toute proche, une centaine d’écoliers ont rendez-vous avec l’histoire de leur pays. La maîtresse d’orchestre de la visite guidée du Palais de Lomé rénové n’est autre que sa directrice, Sonia Lawson.

Pour l’occasion, elle a mis les petits plats dans les grands. Une dizaine de médiateurs, formés à cet effet, servent de relais entre les œuvres et le public. « Ce n’est plus un endroit pour les présidents, c’est pour vous les enfants ! » lance Boma-Atta Dessokline, chargée de communication et médiatrice culturelle du Palais.

Que cet ancien lieu de pouvoir, où fut proclamée l’indépendance du pays en 1960, soit désormais ouvert au public est un véritable symbole. Le lieu espère accueillir plus de 130 000 visiteurs par an.

Art contemporain





jeuneafrique

A lire aussi

Laisser un commentaire

Le Palais de Lomé rouvre et ambitionne d’être le nouveau palace de la culture ouest-africaine – Jeune Afrique


© Louis Vincent / DR Palais de Lomé

Après cinq ans de travaux de rénovation, l’ancienne résidence des gouverneurs, puis des hôtes de la présidence, s’est muée en un centre artistique ouvert à tous.


En ce 21 décembre 2019, assis sur les gazons du jardin ou jouant par petits groupes sous un soleil de plomb, rafraîchis par les courants d’air frais de la mer toute proche, une centaine d’écoliers ont rendez-vous avec l’histoire de leur pays. La maîtresse d’orchestre de la visite guidée du Palais de Lomé rénové n’est autre que sa directrice, Sonia Lawson.

Pour l’occasion, elle a mis les petits plats dans les grands. Une dizaine de médiateurs, formés à cet effet, servent de relais entre les œuvres et le public. « Ce n’est plus un endroit pour les présidents, c’est pour vous les enfants ! » lance Boma-Atta Dessokline, chargée de communication et médiatrice culturelle du Palais.

Que cet ancien lieu de pouvoir, où fut proclamée l’indépendance du pays en 1960, soit désormais ouvert au public est un véritable symbole. Le lieu espère accueillir plus de 130 000 visiteurs par an.

Art contemporain





jeuneafrique

A lire aussi

Laisser un commentaire