En Birmanie, vent de colère contre une vidéo porno tournée à Bagan



Un couple d’Italiens a filmé ses ébats dans un temple du site religieux classé au patrimoine mondial de l’Unesco et a posté la vidéo sur Internet. Les Birmans sont outrés et exigent une plus grande sévérité.  

Quiconque s’est rendu à Bagan, immense site archéologique s’étendant sur 108 km2 et abritant 3 000 temples du IX au XIIIe siècle, sait qu’on ne badine pas avec les règles vestimentaires en vigueur. Pas de short trop court, pas d’épaule dénudée, et interdiction de s’embrasser ou d’arpenter un de ces édifices sans se déchausser. Alors que dire d’une vidéo pornographique tournée dans l’une de ces petites pagodes ?

“Nous sommes sous le choc et profondément tristes”, réagit Ko Myo Sat San de l’organisation Save Bagan, interrogé par le site birman The Irrawaddy. “Avoir un rapport sexuel en extérieur, dans un édifice religieux, est intolérable… Et, en plus, c’était à Bagan, notre inestimable patrimoine religieux, culturel et historique.”

Selon The Irrawaddy, le film de douze minutes a été tourné dans un petit temple, répertorié sous le numéro 1554. Il aurait été posté sur le site PornHub en décembre, où le descriptif précise qu’il s’agit d’un couple d’Italiens âgés de 23 ans. Des appels à “blacklister” à vie ces étrangers ont été lancés sur les réseaux sociaux. Beaucoup exigent aussi un durcissement des règles en vigueur contre les touristes irrespectueux.

Au début de février, rappelle The Irrawaddy, deux Chinois surpris avec une caisse de bières qu’ils espéraient boire en admirant le coucher du soleil sur les temples ont été interpellés. Un tribunal leur a infligé une amende de 300 000 kyats, 200 euros environ. “Beaucoup ont critiqué la punition, qu’ils ont jugée trop complaisante”, relève le site.

Source

En décembre 2010, peu de temps après la libération de l’opposante historique Aung San Suu Kyi, le mensuel de la dissidence birmane fondé en 1993 a dû renoncer à paraître dans sa version imprimée. L’équipe rédactionnelle, basée à Chiang Mai en

[…]

Lire la suite





A lire aussi

Laisser un commentaire