les professionnels des médias appelés à diffuser des informations sûres – IWACU


Le ministère de la Santé publique et de la Lutte contre le Sida (MSPLS) demandent aux journalistes à donner de vraies informations concernant le Coronavirus.

Comme il avait été recommandé par les journalistes, lors de la conférence de presse du MSLPS, le 31 janvier dernier, ce ministère a organisé ce jeudi 13 février, un atelier d’information, de formation et de sensibilisation à l’endroit des professionnels des médias sur ce nouveau fléau.

Jean-Baptiste Nzorironkankuze, secrétaire permanent du MSLPS indique que cet atelier a pour objectif d’amener tous les journalistes à mieux comprendre ce virus et de pouvoir démentir les rumeurs qui circulent sur cette épidémie. « Les journalistes, dans notre pays, jouent un rôle important dans la sensibilisation, car leurs voix portent loin ».

Cependant, il a démenti les rumeurs circulant ces derniers jours qu’il y aurait des cas de coronavirus au Burundi. Il confie que ce ne sont que des cas d’un simple rhume. Et de rassurer que jusqu’ici, aucun cas de ce virus n’est pas encore suspecté dans le pays.

D’après lui, le coronavirus n’a pas de symptômes particuliers. Mais, il informe que ce virus présente les mêmes signes que ceux d’une simple grippe : les maux de tête, la fièvre, une faiblesse et les infections respiratoires. « Si ces symptômes se manifestent chez une personne qui vient de la Chine ou dans les uns des pays déjà contaminés, il faut le dépêcher chez le médecin pour être diagnostiqué ».

Jean-Baptiste Nzorironkankuze tranquillise la population : des mécanismes de protection ont été déjà mis en place. Il indique qu’une équipe de médecins a été déjà déployée à l’aéroport international de Bujumbura avec tous les équipements nécessaires pour prélever la température.

Et d’ajouter aussi que deux centres d’isolements ont été déjà aménagés : l’un à l’hôpital Prince Régent Charles et un autre à l’hôpital de Mpanda.

À ceux qui comptent faire des voyages vers la Chine ou dans l’un des pays déjà contaminés, M. Nzorironkankuze leur exhorte de reporter leurs voyages. «En cas de force majeure, nous leur demandons de venir au ministère de la Santé publique pour leur donner des instructions».

Et à ceux qui sont en Chine qui veulent rentrer au pays, il informe que ces derniers passent d’abord 14 jours dans un centre d’isolement pour le diagnostic avant d’atterrir sur le sol burundais.

Selon les statistiques de l’OMS de ce 11 février, la Chine compte plus de 42 mille cas confirmés de Coronavirus et 395 cas confirmés en dehors de la Chine.



burundinews

A lire aussi

Laisser un commentaire