Festival Rendez-vous chez nous : c’est parti pour la 11e édition


Le lancement de la 11e édition du « festival rendez-vous chez nous » a eu lieu le vendredi 14 février 2020 à Ouagadougou dans le quartier Gounghin. Durant trois jours donc, les festivaliers auront droit à du théâtre, de la danse, de la magie, de l’acrobatie, de l’animation musicale…

« Culture et lien social-ensemble, ça va mieux », c’est sous ce thème que s’est ouvert le vendredi 14 février 2020 à Ouagadougou, la 11e édition du Festival Rendez-Vous chez nous. L’activité est l’œuvre du collectif ACMUR (arts, clowns, marionnettes et, musique dans nos rues). Pour la présente édition, du théâtre, de la danse, de la magie, de l’acrobatie, de l’animation musicale sont au programme selon le directeur artistique du festival Boniface Kagambega. Il a également souligné que cette activité culturelle va participer au tissage du lien social. Pour lui, la culture produit des œuvres, des émotions et de la critique salvatrice qui renforcent le lien social.


Plusieurs festivaliers ont pris part à la cérémonie de lancement. Le public a eu droit à des spectacles comme celui de la compagnie française « le temps qui sèche ». Avec des élèves, Jérôme Boyer dit avoir voulu montrer comment chaque individu peut aider à construire le Burkina Faso. C’était aussi une occasion de faire participer les enfants, pour qu’ils disent ce qu’ils veulent pour leur pays. Dans son spectacle, il a indiqué que c’est à Ouagadougou, au Burkina Faso qu’il faut être. Ceci, contrairement selon lui aux messages véhiculés par les médias de son pays déconseillant la destination du Burkina Faso.


Pour le lancement, c’est le directeur culturel et touristique de la mairie Ramde Harouna qui a présidé la cérémonie. Au nom du bourgmestre, il a tenu à féliciter les organisateurs. Pour lui, cette activité contribue à rehausser l’image de la capitale et conforte de facto, Ouagadougou comme une capitale culturelle. La ténue de l’évènement est rendue possible grâce au soutien de plusieurs partenaires dont Unicef et la métropole du grand Lyon.

Dimitri OUEDRAOGO

Lefaso.net





Burkina

A lire aussi

Laisser un commentaire