Gestion des ressources en eau : Les Pays-Bas veut partager son expérience aux Burkinabè


Le Secrétariat permanent pour la gestion intégrée des ressources en eau (SP/GIRE) et le Dutch Water Authorities (DWA) des Pays-Bas ont procédé à la signature d’un protocole d’entente, ce vendredi 14 février 2020. Cette signature qui entre dans le cadre du programme Blue Deal court jusqu’en 2030 et vise une utilisation durable des ressources en eau.

C’est connu. Les Pays-Bas situé au-dessous du niveau de la mer doit son nom à sa très faible altitude moyenne. Nanti d’une expérience de près de 500 ans dans la gestion des ressources en eau, ce pays du nord-ouest de l’Europe qui accompagne le Burkina Faso depuis 2014 à travers la Dutch Water Authorities (DWA) a décidé de prolonger son appui au pays des Hommes intègres, où l’accès à l’eau demeure un défi. Ainsi, en visite de travail au Burkina Faso, une délégation du DWA conduite par Geert-Jan ten Brink a procédé à la signature d’un protocole d’entente avec le Secrétariat permanent pour la gestion intégrée des ressources en eau (SP/GIRE).

Les directeurs généraux des Agences de l’eau du Burkina étaient présents

Difficultés dans la GIRE

Selon le Secrétaire permanent de la gestion intégrée des ressources en eau, Moustapha Congo, les difficultés en termes de gestion de ressources en eau au Burkina Faso sont notamment liées à la faible disponibilité des informations sur les ressources en eau – ce qui ne facilite pas la planification des actions sur le terrain – et la faible qualité des ressources en eau due en partie à l’orpaillage. Tout en remerciant donc la partie néerlandaise pour la bonne collaboration qui dure depuis quelques années, Moustapha Congo a indiqué que la signature du présent protocole permet aux Pays-Bas d’étendre son appui jusqu’en 2030.

Moustapha Congo, Secrétaire permanent pour la Gestion intégrée des ressources en eau (en Faso Dan Fani)

Domaines d’intervention

Cet appui va concerner plusieurs domaines dont la modélisation des ressources en eau pour optimiser la gestion, l’appui aux Comités locaux de l’eau à travers des actions protection et de restauration des ressources en eau, l’appui à l’élaboration de Schémas d’aménagement et de gestion de l’eau (SDAGE-SAGE), le monitoring et la promotion de la GIRE dans l’orpaillage. A en croire le SP/GIRE, le Pays-Bas dispose de technologies utilisant des drones qui permettront de mesurer la quantité d’eau des barrages, des plantes envahissantes et de détecter les éventuelles failles des digues des barrages.

Geert-Jan ten Brink, chef de la délégation du Dutch Water Authorities (DWA)

14 pays partenaires

Selon Geert-Jan ten Brink, président de l’Autorité régionale de l’eau Hunze en Aa’s, le programme Blue Deal, dans lequel s’inscrit la présente signature, est financé par les ministères néerlandais des Affaires étrangères, des Infrastructures et de la Gestion de l’eau et le Dutch Water Authorities. « Il vise à aider 20 millions de personnes dans le monde à accéder à une eau propre, suffisante et salubre ».

Le programme comprend 17 partenariats dans 14 pays dont le Burkina Faso et veut contribuer à la réalisation des objectifs de développement durable 6.3 et 6.6. Geert-Jan ten Brink et ses collaborateurs, à l’issue de leur séjour, se considèrent comme des ambassadeurs près à plaider la cause du Burkina Faso auprès des autorités néerlandaises pour plus d’actions dans la gestion intégrée des ressources en eau.

Herman Frédéric Bassolé

Lefaso.net


L’Objectif de développement durable (ODD 6) vise à « garantir l’accès de tous à l’eau et à l’assainissement et assurer une gestion durable des ressources en eau ». Le programme Blue Deal, lui, vise les objectifs 6.3 et 6.6.

• Objectif 6.3 : D’ici à 2030, améliorer la qualité de l’eau en réduisant la pollution, en éliminant l’immersion de déchets et en réduisant au minimum les émissions de produits chimiques et de matières dangereuses, en diminuant de moitié la proportion d’eaux usées non traitées et en augmentant considérablement à l’échelle mondiale le recyclage et la réutilisation sans danger de l’eau.

• Objectif 6.6 : D’ici à 2020, protéger et restaurer les écosystèmes liés à l’eau, notamment les montagnes, les forêts, les zones humides, les rivières, les aquifères et les lacs.

Lefaso.net





Burkina

A lire aussi

Laisser un commentaire