Congo-Kinshasa: Fête du livre – Eric Ntumba remporte la 3ème édition du Prix Makomi


La 7ème édition de la fête du livre s’est tenu du 14 au 22 février 2020, dans différents quartiers des villes de Kinshasa, Goma, Bukavu et Lubumbashi. En ce «mois de l’amour», plus de 30 auteurs amoureux de la littérature, ont répondu présent à ce qui a était un haut lieu d’échanges scientifiques.

La Clôture de cette grand-messe a été ponctuée par la remise de deux prix exceptionnels à l’Académie des Beaux-arts. Il s’agit du «Prix Makomi» qui est un prix européen de littérature congolaise qui détermine le meilleur livre édité en 2019, ainsi que le «Prix d’honneur» de la Fête du livre.

Pour cette troisième édition, le prix Makomi a été décerné au jeune auteur congolais, Eric Ntumba qui a dédié ce prix à toutes les victimes de la guerre de l’Est de la République démocratique du Congo, car son objectif a toujours été celui de construire un cimetière des mots.

Ensuite, il a rendu hommage à ses parents et à son mentor qu’il cite dans son roman comme le « Chef Belliquant », le Professeur émérite Bertin Makulo.

In-Koli Jean-Bofane pour le Prix d’honneur…

Quant au prix d’honneur de cette 7ème édition de la fête du livre, l’heureux gagnant est In-Koli Jean Bofane, auteur Belgo-Congolais, Grand prix littéraire d’Afrique noire en 2009. Pour sa toute première fois, il a présenté cette année ses ouvrages au cours d’un débat avec Max. Et, après avoir reçu le prix d’honneur, il a laissé entendre qu’en matière de la littérature, les congolais sont très forts et puis la littérature est venue après alors que le congolais existait déjà. Il s’est dit très honoré d’avoir reçu ce prix. « Nous avons assez d’imagination. Tout le monde a prédit la chute du Congo, mais à travers tous les jeunes talents qui ne cessent d’illuminer, nous sommes très forts et nous le prouvons par l’art et les activités culturelles », a-t-il conclu.

Pour sa part, le Directeur Général de l’Académie des Beaux-arts, Henry Kalama Akulez, a fait savoir que son institution est un centre culturel qui regorge beaucoup d’artistes. Et, en cette septième édition, c’est une première pour l’Académie des Beaux-arts, qui est un centre culturel, d’accueillir cette grande manifestation. Il renchérit en disant que la République démocratique du Congo est un terrain vierge en cette matière. Le fait qu’un jeune remporte un prix de cette envergure peut susciter de l’intérêt auprès d’un plus grand nombre.

Mais, comme toujours, les auteurs qui se sont dit déçu de constater une fois de plus, l’absence totale des membres du gouvernement qui font partie des autorités du pays invités. Même le Ministre de la Culture qui est sensé s’occuper aussi de la littérature comme il le fait pour la musique.

Il sied de noter que la première édition du prix MAKOMI a été remportée par le Professeur émérite et Historien, Isidore Ndaywel et l’honorable Didier Mumengi comme prix d’honneur. Et la deuxième édition, par Laurent Kasindi. Cette année, trois mentions spéciales ont aussi été remises à Jonathan Kapinga, Eddie Ntambwe et Maggy Bizwaza.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire