Angola: Le pays réduit les importations de carburant à 12%


Luanda — L’Angola a importé, l’année dernière, 2,97 millions de tonnes, contre 3,63 millions de tonnes enregistrées en 2018, ce qui représente une réduction de 12%, a déclaré jeudi, à la presse, le président du Conseil d’administration de la Sonangol, Sebastião Martins.

La capacité actuelle de raffinage du pétrole brut dans le pays est de 80 000 barils / jour, ce qui représente 20% du carburant consommé dans le pays, dont 65 000 proviennent de la raffinerie de Luanda et 15 000 du champ de Malongo-Cabinda, où il est raffiné Get-A1, Diesel et Gaz GNL.

Le Gouvernement angolais souhaite revenir à ce chiffre à travers une prévision de raffinage du pétrole brut de 360 mille barils de pétrole brut / jour, dans un processus graduel jusqu’en 2025, visant à éliminer les importations actuelles et les coûts liés aux produits pétroliers, en provenance de l’étranger.

Pour atteindre cet objectif, l’achèvement des travaux (en 2025) des futures raffineries de Lobito d’une capacité de 200 000 barils / jour, de Soyo (100 000 barils / jour) et de Cabinda (60 000 barils / jour) permettra la réduction davantage des importations des produits pétroliers.

Dans une première phase, la raffinerie de Lobito raffinera la moitié de la capacité prévue, à partir de 2021, tandis que la raffinerie de Cabinda produira, la même année, 30 000 barils par jour, en 2024 (avec la conclusion de la 2ème phase), sa production atteindra son plein de 60 mille barils / jour.

Quant à la raffinerie de Soyo, avec une capacité de raffinage de 100 000 barils / jour, dont l’appel d’offres pour sa construction a été réalisé l’an dernier, c’est un autre investissement qui vise à réduire les importations de produits pétroliers.

Le responsable, qui s’exprimait lors d’une conférence de presse allusive aux 44 ans de la compagnie pétrolière, a évoqué la quadruplication quotidienne de l’essence à la raffinerie de Luanda, passant de 300 TM à 1200 TM, avec le début de la construction d’une platforming, prévue pour 2021.

D’autre part, il a souligné le projet de construction et d’exploitation du terminal océanique de Barra do Dande, prévu pour 2022, qui permettra le stockage de carburants à terre.

Il a également évoqué la conclusion du positionnement stratégique des activités de distribution et de marketing, visant l’expansion régionale, la réalisation d’études et de négociations avec les gouvernements et les partenaires commerciaux potentiels dans la région de la SADC, ainsi que les négociations pour l’acquisition d’actifs dans le segment du stockage et de la distribution au niveau régional, processus déjà en cours.



Read more

A lire aussi

Laisser un commentaire