Arrondissement 11 de Ouagadougou : Le torchon brûle entre le pasteur Patrice Tiendrebéogo de la MBIIE et les résidents du quartier lanoiyiri


La délimitation d’un terrain de trois hectares et demi dans le quartier lanoiyiri, au secteur 50 de l’arrondissement 11 de la commune de Ouagadougou par le pasteur, Patrice Tiéndrebéogo de la mission biblique internationale d’intercession et d’évangélisation (MBIIE) a failli tourner à un affrontement, le samedi 22 février 2020. Les résidents du quartier lanoiyiri s’opposent à l’implantation des bornes sur le terrain par le pasteur. Pour les résidents du quartier, le pasteur semble vouloir leur faire la force. Les résidents ont demandé au pasteur de fournir des documents des trois hectares et demi, chose qu’il peine à prouver. L’affaire est en justice et quoiqu’elle ne soit pas tranchée, il insiste pour implanter les bornes. Ce que les résidents ne semblent pas accepter.

Vive tension entre les résidents du quartier lanoiyiri (secteur 50) de Ouagadougou, sur la route de Pô, à quelques encablures de l’échangeur, dans l’arrondissement 11 et le pasteur, Patrice Tiéndrebéogo, de la mission biblique internationale d’intercession et d’évangélisation (MBIIE). Pour cause, l’intention du pasteur d’y implanter des bornes. Chose que réfutent les résidents du quartier parce que la délimitation ne respecterait pas les normes.

Cette demande des résidents au pasteur est restée vaine d’où la colère de ces derniers. Ils disent ne pas comprendre que le pasteur veuille le faire sur trois hectares et demi sans la preuve qu’il est attributaire de l’espace. Et cela a failli donner lieu à un affrontement entre les résidents du quartier lanoiyiri et l’équipe des chargés du bornage du pasteur.

En effet, après cette journée chaude, du 22 février 2020, nous sommes allés dans le quartier lanoiyiri pour essayer de comprendre le problème qui oppose les résidents de lanoiyiri au pasteur. C’est dans cette démarche que nous nous sommes tournés vers deux membres du comité de concertation des résidents de lanoiyiri, Ali Biligo et Idrissa Compaoré pour percer le mystère. Après quelques échanges, ils ont accepté de relater leur version. D’un ton ferme, le regard fixe, Ali Biligo a commencé à nous relater l’histoire. « Nous étions assis en train d’échanger et des individus avec un conseiller du secteur 49 nommé Marcel sont arrivés pour planter des bornes ».

Pour comprendre, ils sont allés à l’encontre de l’équipe chargée de borner le terrain sur lequel ils habitent. Et le pasteur a dit « qu’il veut limiter son terrain de trois hectares et demi » a-t-il expliqué. C’est dans cette ambiance que les échanges entre les deux parties ont débuté. Les résidents voulaient connaitre les limites du terrain. Pour se convaincre de cette information, les résidents à travers un des représentants ont joint le maire de l’arrondissement 11, Ibrahim Marré, pour avoir plus d’éclairages.

Puisque le conseiller du secteur 49, Marcel a laissé entendre que le maire aurait montré des papiers attestant que le terrain a été payé par appel d’offre par le pasteur. Cette information selon le représentant des résidents a été infirmée par le maire Ibrahim Marré. « Il a même demandé aux résidents de patienter car il n’aimerait pas que cette affaire conduise à des affrontements » a conclu Ali Biliogo, membre du comité de concertation des résidents de lanoiyiri.

En plus, concernant cet appel d’offre pour payer le terrain dans leur quartier, les représentants disent « aucun des résidents n’est au courant et demande au pasteur de montrer ses documents qui attestent l’achat du terrain ». Ali Biligo va plus loin : « Nous ne pouvons pas empêcher le pasteur de délimiter son terrain mais nous voulons que les choses soient claires parce que le gouvernement est au courant de nous ici. Et donc dans ce cas, on ne peut lancer un appel d’offre pour un terrain sans rien dire aux résidents ».

Les résidents disent ne pas comprendre « qu’un conseiller du secteur 49 s’ingère dans les affaires d’un autre secteur sans que les conseillers du secteur 50 ne soient au courant ». C’est dans cette attente pour avoir plus d’éclairages que « le pasteur les a convoqués à la police ». Et après avoir écouté les deux parties, la police a décidé de les renvoyer à la justice.

Du coté de la mission biblique internationale d’intercession et d’évangélisation (MBIIE),difficile d’avoir un interlocuteur pour nous éclairer sur cette affaire de trois hectares et demi à borner. Après insistance, un des responsables nous lança en pleine figure « allez-y, le pasteur n’a aucun problème avec les résidents de lanoiyiri ».

En attendant que la justice tranche sur cette affaire, le pasteur a insisté, le samedi 22 février 2020, pour implanter les bornes. D’où le refus des résidents. Ali Bilogo a rassuré que « si la justice lui donne raison, personne ne s’opposera. L’État va aussi trouver une solution à leur cas ». Les résidents disent croiser les doigts en attendant la décision de la justice. Mais avant cette décision, aucune borne ne peut être implantée sur le terrain à lanoiyiri, promettent-ils.

Issoufou Ouédraogo

Lefaso.net





Burkina

A lire aussi

Laisser un commentaire