Afrique: Dette – L’Afrique a un endettement supportable


Malgré un ratio d’endettement supportable, la Banque mondiale (BM) et certaines institutions financières jugent handicapante la dette de nombreux pays africains.

Le président de la Banque mondiale, David Malpass, a accusé récemment la Banque africaine de développement (BAD) de contribuer au surendettement de l’Afrique en accordant, avec une certaine souplesse des crédits aux Etats. Ce que Akinwumi Adesina a jugé « inexact et non fondé », relançant le débat sur le surendettement de l’Afrique. Entre 2009 et 2018, le niveau d’endettement extérieur des pays africains a doublé, à cause de dettes nouvelles contractées. C’est le cas de l’Ethiopie, du Ghana et la Zambie. Leurs niveaux d’endettement extérieur ont respectivement grimpé de 885%, 395% et 521%.

Malgré tout, l’endettement moyen du continent est loin de celui des pays d’autres continents, et il cache des disparités. Plusieurs pays africains affichent aujourd’hui des ratios d’endettement proches ou supérieurs à 100%, alors que d’autres ont des ratios largement en deçà. En Afrique de l’Ouest par exemple, le ratio de la dette publique s’établit à 38%, notamment grâce au Nigeria dont le ratio de la dette publique est l’un des plus faibles du continent.

Pour l’Afrique du Sud, seconde puissance économique, l’endettement public s’est établi en 2018 à 176,7 milliards de dollars, ce qui lui confère un taux d’endettement de 56,71%. Outre la hausse du volume et des taux d’endettement, la structure de l’endettement des Etats africains a changé, avec la montée de nouveaux créanciers, plaçant au second plan les créanciers traditionnels que sont les pays de l’OCDE. Ainsi, la Chine est désormais le bras financier de l’Afrique.

De plus, le recours aux emprunts sur les marchés financiers internationaux a fortement augmenté, dans le sillage de la hausse des liquidités internationales. Ces marchés de capitaux sont devenus un recours à la levée des capitaux pour de nombreux pays africains, notamment le Nigeria, la Côte d’Ivoire, le Rwanda, l’Angola ou encore le Sénégal, qui s’endettent de cette manière dans l’objectif d’accélérer leur croissance. Cette tendance s’est renforcée au cours de ces dernières années.

En effet depuis le début de l’année 2020, plusieurs milliards d’eurobonds ont été levés par des pays africains. C’est le cas du Gabon qui a levé 1 milliard d’euros sur le marché international, le Ghana 3 milliards de dollars. Ce qui montre que malgré quelques situations difficiles dans les finances publiques de nombreux pays africains, ceux-ci continuent de bénéficier de la confiance des investisseurs malgré le coût de la dette.



Read more

A lire aussi

Laisser un commentaire