Boucle du Mouhoun : De nouvelles infrastructures éducatives pour le bonheur des élèves


Le ministre de l’éducation nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales (MENAPLN), Professeur Stanislas Ouaro a visité, ce lundi, 02 mars 2020, des chantiers d’infrastructures éducatives, dans la région de la boucle du Mouhoun. Une sortie organisée pour constater de visu les chantiers sur le terrain et de s’enquérir de leurs états d’avancement.

L’école primaire publique de Dourou, le collège d’enseignement général (CEG) de Bwan (village natal de feu Nazi Boni) et le lycée scientifique régional de Dédougou. Ce sont, ces trois chantiers d’infrastructures éducatives de la région de la Boucle du Mouhoun qui ont accueilli, ce lundi, 02 mars 2020, le premier responsable en charge de l’éducation nationale, Pr Stanislas Ouaro et toute son équipe. Une visite de terrain organisée pour s’enquérir des états d’avancement des travaux qui ont été engagés dans ces lieux.

Une vue de l’école primaire publique de Dourou

Ainsi, sur place, ce sont des bâtiments neufs, des salles de classes en cours de finition et tous les autres conforts qui se laissent admirer par les hôtes, même si certains sont encore en pleins travaux. Des infrastructures éducatives presqu’à terme qui permettront aux élèves de prendre des cours dans de bonnes conditions, martèle, Stanislas Ouaro qui dit être satisfait des niveaux d’avancement des différents chantiers et de la qualité de ce qui est proposé.

Le ministre en charge de l’éducation nationale, Stanislas Ouaro, fait un bilan positif de sa visite des insfrastructures éducatives

« Et tout cela me permet de dire que c’est une très belle visite que nous avons pu faire et qui montre que malgré les difficultés que nous avons, malgré la crise sécuritaire, malgré la fronde sociale, nous continuons de faire des investissements pour développer notre système éducatif qui est la voie incontournable pour notre développement »,argue-t-il.

Pour le directeur de l’école primaire publique de Dourou, Siaka Coulibaly, la construction de ces trois salles de cours dans le village vient soulager les enseignants de la souffrance vécue des écoles sous paillotes. Tout en souhaitant qu’après cette étape, l’on pense à la phase de la normalisation.

Une vue de l’entrée du lycée scientifique régional de Dédougou

Pour le représentant du bureau de contrôle du BATIC-TPE, Samuel Bamogo, du chantier du CEG de Bwan, à part quelques difficultés de terrain qui ont ralenti les travaux, tout le chantier avance dans de bonnes conditions et le délai d’exécution sera respecté. Et de préciser qu’ils sont à 44 jours de délai consommé qui correspond à 20% de leur délai alors qu’ils sont à 22%.

Elimination des écoles sous paillotes, le taux d’exécution est de 60%

La sortie de terrain a été également une occasion pour le ministre de revenir sur son projet de 0 école sous paillotes au Burkina Faso. Et selon Stanislas Ourao, le bilan est positif, car le taux d’exécution est de 60% de l’objectif fixé, même s’il y a encore beaucoup de défis à relever. Cependant, son souhait, c’est de poursuivre dans cette dynamique, tout en faisant en sorte que dans les années à venir, les 100% puissent être atteints. « Car, il y a toujours beaucoup d’élèves qui attendent d’aller à l’école ou qui vont dans des conditions difficiles et nous avons pris l’engagement de continuer dans ces efforts », a-t-il affirmé, précisant que ces efforts sont déjà très bons, mais qu’ils doivent se poursuivre.

Une vue du CEG de Bwan en plein travaux

« Et ce, en recherchant les ressources partout où cela est possible pour continuer de réaliser des infrastructures éducatives,mais également en faisant aussi appel au mécénat, parce que dans notre pays, il y a des personnes qui peuvent aussi aider à booster cette dynamique. C’est pourquoi, nous faisons appel à toutes les bonnes volontés qui peuvent contribuer à l’atteinte de ces efforts », a conclu le ministre en charge de l’éducation nationale.

Yvette Zongo

Lefaso.net





Burkina

A lire aussi

Laisser un commentaire