Avec « Yamatele », Daara J Family fait rimer philo et rap galsen – Jeune Afrique



Quatre ans après Foundation, Ndongo D et Faada Freddy, les deux membres de Daara J Family – formation qui, depuis plus de vingt ans, occupe le devant de la scène rap sénégalaise –, reviennent avec un disque qui confirme définitivement leurs talents d’auteurs, de poètes et de compositeurs.


« Amoureux du naturel / vivre loin du métal / rêve d’une vie au goût de miel en quête du monde idéal », chantent-ils sur le titre « ADN », qui dénonce, sur fond de ballade pop-folk où dialoguent guitare et flûte, la destruction de notre écosystème, l’exploitation des ressources naturelles et l’obsession technologique.

Ce sont d’ailleurs les fils rouges de ce dernier album, Yaamatele, où le duo chante à la fois en wolof, en anglais et en français : l’être humain se doit de réhabiter le monde dans le respect de son environnement.

On sent ici l’influence du penseur sénégalais Felwine Sarr, qui signe d’ailleurs le livret du disque. « Ici, il s’agit du cœur sensible […] à contretemps d’un monde hanté par la promesse d’un futur post-humanisé et technologique où l’homme augmenté d’artefacts accroît sa puissance d’agir […] », écrit le philosophe.

D’ailleurs, « Yaamatele », titre éponyme





jeuneafrique

A lire aussi

Laisser un commentaire