Afrique Centrale: Vulgariser les opportunités du nouveau marché financier


Pour inciter les acteurs financiers à intervenir de manière accrue sur le nouveau marché financier unifié d’Afrique centrale, dans le but de financer des projets à fort potentiel de croissance, les Etats sont invités à communiquer sur les avantages à y recourir.

La recommandation a été formulée par les participants à l’issue de la journée du marché financier organisée à Brazzaville par la Commission de surveillance du marché financier de l’Afrique centrale, en collaboration avec le ministère des Finances de la République du Congo sur le thème : « Enjeux, défis du marché financier unifié de l’Afrique centrale. »

Les Etats sont également invités à communiquer, dans les meilleurs délais, une liste des entreprises publiques et parapubliques à faire admettre à la cote de la Bourse des valeurs mobilières de l’Afrique centrale, promouvoir une culture financière et boursière au moyen d’actions pédagogiques.

Les régulateurs devront, pour leur part, mettre en place des dispositifs de surveillance de la qualité de la certification effectuée par les commissaires aux comptes. De même, la Banque des Etats de l’Afrique centrale devra élaborer une courbe de taux permettant aux acteurs d’améliorer leur prix.

Par ailleurs, les pays membres de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale sont appelés à émettre un emprunt obligataire qui serait plus global que ceux émis par les Etats individuellement.

Rappelons que c’est lors du sommet extraordinaire tenu à Yaoundé, en fin 2016, que les chefs d’Etat de cette sous-région avaient adopté un ensemble de mesures orientées notamment vers la restauration des équilibres macro-économiques et la relance de la croissance. Parmi ces mesures figurait en bonne place celle visant à privilégier le recours au marché des capitaux pour le financement économique de la sous-région.

La résolution consistant à placer le marché financier de la Cémac au centre de la problématique du financement de l’économie est également intégrée dans la matrice des mesures préconisées dans le cadre du programme des réformes économiques et financières de ladite zone.

Cette orientation a été couronnée par la décision historique de la conférence des chefs d’Etat tenue en octobre 2017, à N’Djaména, sur la fusion des deux marchés financiers.



Read more

A lire aussi

Laisser un commentaire