après Ebola, le pays se tient prêt pour le coronavirus



Publié le :

Le premier cas de coronavirus a été détecté en RDC, ce mardi. Un homme de 52 ans, Congolais qui réside en France et qui est arrivé le 8 mars à Kinshasa. Avec ce premier cas, le niveau de risque dans le pays va être relevé. Si la RDC peut compter sur son expérience de gestion des épidémies avec celles d’Ebola, le système de santé reste fragile.

Après dix épidémies d’Ebola, le ministre de la Santé, le docteur Eteni Longondo estime que le pays peut compter sur ses acquis pour contrer une éventuelle épidémie de coronavirus : « Nous avons déjà des instruments et la plupart du personnel, ici, a été formé par rapport à l’épidémie d’Ebola. Donc nous avons des capacités et nous pouvons utiliser la même expérience pour contrer l’épidémie coronavirus. »

Mais Corinne N’Daw, directrice de l’ONG Oxfam en RDC, estime que le système de santé reste fragile : « Le fait qu’on ait ce nouveau cas de coronavirus est une source de vive préoccupation. Nous avons déjà des déficits de financement pour répondre aux urgences existantes, et avec la propagation éventuelle de coronavirus, cela va ajouter à un complexe déjà sous-financé et déjà très préoccupant. La deuxième chose, ce que nous espérons voir, c’est qu’on se mette rapidement un cadre, un plan très clair pour se préparer à répondre à une épidémie de coronavirus, ce qui n’est pas le cas pour l’instant. »

Il faut engager, sans attendre, une meilleure sensibilisation de la population, impliquer les communautés locales et mieux coordonner l’action des partenaires humanitaires, selon elle, pour tenter de lutter efficacement contre une possible propagation du virus.

Notre sélection sur le coronavirus SARS-CoV-2



rfi

A lire aussi

Laisser un commentaire