Quand un élu de l’opposition vole au secours des jeunes militants du parti au pouvoir – IWACU


Le député Fabien Banciryanino, élu à Bubanza, a envoyé ce mardi 24 mars, une correspondance à la ministre de l’Education. Il demande son intercession pour la libération de sept élèves de 3 lycées situés dans la province de Bubanza.

Ils sont détenus dans deux cachots de la province de Bubanza, à l’ouest du pays. Officiellement, il leur est reproché d’avoir tenu une réunion non autorisée.

Dans sa correspondance, cet opposant révèle que ces sept élèves sont emprisonnés depuis le 15 mars. Certains étaient dans des classes à test. Il s’agit Zabulon Niragira, Adélin Nsengiyumva, Fulgence Manirankunda, Daniel Nsabimana, Guy Fleury Nsengiyumva, Lameck Ndayizeye, tous de l’école technique de Bubanza.

Il y a également Alphonsine Niyokwizera et Oscar Bikorimana du Lycée communal de Bubanza et Gédéon Niyonkuru du lycée technique de Mugongo.

Selon M. Banciryanino, ceux de l’ETB ont été arrêtés par le chef du Service des renseignements à Bubanza, il a été appelé par le directeur de l’internat. Ces élèves seraient accusés d’avoir pris part à une réunion tenue à l’extérieur de l’ETB avec d’autres personnes supposées entre des militants du parti CNL.

Ces élèves étaient tous membres du groupe ’’Lumière des jeunes’’ appartenant au parti au pouvoir, Cndd-Fdd. « Ils étaient en bons termes avec la direction à tel point qu’ils étaient les seuls à avoir des smartphones à l’école ».

Cet élu de Bubanza affirme avoir rendu visité à ces lycéens dans les cachots. Il déplore les mauvaises conditions de détention. « Ils mangent une fois par jour et Guy Fleury Nsengiyumva et Daniel Nshimirimana avaient été rudoyés par leur directeur d’internat une semaine avant leur arrestation », fait savoir M. Banciryanino.

Ce dernier demande à la ministre Janvière Ndirahisha, de suivre de près cette affaire pour que ces élèves regagnent leurs classes. Selon le député Fabien Banciryanino, certains élèves étaient en plein examen quand ils ont été arrêtés. Signalons que cet élu parle également d’un enseignant de Ciya appréhendé.



burundinews

A lire aussi

Laisser un commentaire