Aide de Paris en faveur de certains pays touchés par le Coronavirus : l’Ambassade de France à Conakry précise… | Africa Guinee


CONAKRY- L’Ambassade de France à Conakry vient d’apporter des précisions au sujet du montant que Paris vient de débloquer en faveur de certains pays francophones touchés par la pandémie du Coronavirus.

Merci de lire ci-dessous une note qui nous a été envoyée par le Conseiller Presse, Politique et Communication de la représentation diplomatique française à Conakry.

 

Il est inexact de dire que : « la Guinée vient d’être écartée d’un plan d’aide de la France en faveur de certains pays d’Afrique francophone pour faire face à la pandémie du Coronavirus. »

En effet, concernant notre appui au plan de réponse au coronavirus en Guinée, l’AFD finance actuellement plusieurs actions dont le montant global va bien au-delà des 1,5 millions d’euros, destinés à 5 pays, mentionnés dans l’article ci-dessus :

– Institut Pasteur de Guinée : La création de l’Institut Pasteur de Guinée est financée sur une subvention de la France de 4 M€, avec un laboratoire intermédiaire déjà opérationnel (qui réalise actuellement les tests de dépistage) et la construction en cours d’un laboratoire définitif. L’instruction d’un nouveau financement à l’Institut Pasteur de Guinée, sur subventions C2D pour 2,6 M€, est en cours pour permettre de faire face à des besoins complémentaires. Des réactifs et un thermocycleur pour accélérer les dépistages ont déjà été livrés en urgence. 

– LABOGUI : Ce projet, d’un montant de 7 M€ en subvention, permet la réhabilitation et l’équipement de 39 laboratoires dans l’ensemble du pays, avec 8 assistants techniques guinéens et l’appui de la Fondation Mérieux. Un financement complémentaire est à l’étude pour permettre aux laboratoires des hôpitaux régionaux d’effectuer les dépistages au coronavirus à l’intérieur du pays.

La France finance également une Assistante Technique internationale à l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire, au cœur du dispositif national de riposte de la Guinée. 

Par ailleurs, un projet de  Prévention et Contrôle des Infections/hygiène, via une subvention de 8 M€, est en cours d’instruction avec l’opérateur Expertise France. Un assistant technique national pourrait être recruté à court terme pour appuyer à la coordination et l’opérationnalisation du plan de riposte.

Enfin, à titre d’information, veuillez trouver ci-joint le communiqués de l’AFD afd.fr sur le projet APHRO-COV et le communiqué de réponse de l’INSERM suite à une polémique lancée après une interview sur LCI.

https://presse.inserm.fr/le-vaccin-bcg-pour-combattre-le-covid-19-vraiment/38920/



africa guinee

A lire aussi

Laisser un commentaire