Allégement du déficit du compte courant


Les échanges commerciaux de marchandises ont enregistré un accroissement tant au niveau des importations qu’au niveau des exportations à fin décembre 2019, a récemment annoncé l’Office des changes.
D’après les indicateurs des échanges extérieurs à fin décembre 2019, les importations ont enregistré un accroissement de 2% ou +9,8 Mds DH. Elles ont ainsi atteint une valeur de 491,2 milliards de dirhams au titre de l’année écoulée contre 481,4 Mds DH une année auparavant.
Les exportations ont, de leur côté, affiché une progression de 2,4% ou +6,6Mds DH, enregistrant une valeur de 282,1 Mds DH à fin 2019 contre 275,4 Mds DH à fin 2018, a relevé l’établissement public à caractère administratif.
L’Office dont les missions consistent en la réglementation et le contrôle des opérations de change et la publication des statistiques des échanges extérieurs en déduit que le déficit commercial a atteint 209,2 Mds DH au lieu de 206 Mds DH à fin 2018 et le taux de couverture a gagné 0,2 point se situant à 57,4%.
A noter qu’au niveau du compte courant, les indicateurs montrent que les résultats de la balance des paiements au titre de la même année « font ressortir un allègement du déficit du compte des transactions courantes de 19% se situant à 47,3 Mds DH contre -58,4 Mds DH pour l’année 2018 », a-t-il souligné dans un communiqué.
A en croire l’Office, cette évolution est due à « l’amélioration de l’excédent des services de 12,1 Mds DH et à l’allègement du solde du revenu primaire de 1,1 Md DH et ce, en dépit de l’aggravation du déficit au titre des échanges de biens (-2,2 Mds DH) ». Et d’ajouter que l’excédent du revenu secondaire est demeuré stable d’une année à l’autre.
En conséquence, les analystes de l’Office des changes ont noté que « le compte des transactions courantes s’est soldé par un déficit de 47,3 Mds DH, en baisse de 19% ou de 11,1 Mds DH », précisant que ce déficit est financé par les flux nets au titre des investissements directs et de portefeuille ainsi que les autres investissements.
Commentant l’évolution des indicateurs au niveau des investissements internationaux, l’Office a relevé qu’à fin décembre dernier, « la position extérieure globale, qui reflète la situation patrimoniale de l’économie marocaine vis-à-vis du reste du monde, fait ressortir une situation nette débitrice de 765,1Mds DH contre -754,5Mds DH à fin septembre 2019 ».
Cette variation est attribuée à la hausse des encours des engagements financiers (+33,3Mds DH) plus importante que celle des encours des avoirs financiers (+22,7Mds DH), a-t-on expliqué dans son communiqué.
« La hausse des engagements financiers est conséquente de l’augmentation de l’encours de toutes les catégories afférentes à ces engagements : +13,8Mds DH pour la composante « autres investissements », +9,9Mds DH pour les investissements directs étrangers au Maroc et +9,7Mds DH pour les investissements de portefeuille », a fait savoir l’Office des changes.
Quant à l’accroissement de l’encours des avoirs financiers, la même source l’explique principalement par l’augmentation de 13,2Mds DH des avoirs de réserve et la hausse de 6,4Mds DH de l’encours de la composante « autres investissements » et de 3,4 Mds DH de l’encours des investissements directs marocains à l’étranger.



libe

A lire aussi

Laisser un commentaire