Boris Johnson placé en soins intensifs


Coup de tonnerre ce lundi 6 avril dans la soirée : le Premier ministre britannique, testé positif au Covid-19 fin mars et qui avait été admis la veille à l’hôpital St Thomas à Londres, a finalement été placé en soins intensifs. Stupeur et émotion dans la presse britannique et à l’étranger.

“Tu vas t’en sortir, Boris.” À l’image du tabloïd The Sun, le Royaume-Uni se retrouve groggy par l’annonce de l’aggravation de l’état de santé de Boris Johnson. Admis à l’hôpital St Thomas de Londres dimanche, dix jours après son diagnostic positif au Covid-19, le Premier ministre britannique a été placé en unité de soins intensifs, dans la soirée de lundi.

“Ses symptômes ont empiré dans l’après-midi”, précise The Times. Âgé de 55 ans, le chef de gouvernement conservateur y a été transféré conscient et par mesure de précaution, “au cas où sa récupération nécessite l’usage d’un respirateur artificiel”. Dans la foulée, le 10 Downing Street a annoncé qu’il serait suppléé dans ses fonctions par Dominic Raab, son ministre des Affaires étrangères. Celui-ci avait d’ailleurs déjà assuré la conférence de presse quotidienne portant sur l’épidémie de coronavirus, lundi après-midi.

“Le cours normal de la politique est suspendu ce soir”, a réagi le journaliste vétéran de la BBC Andrew Neil. Illustration immédiate : les messages de soutien issus de tous bords, du Royaume-Uni comme de l’étranger, ont afflué en nombre sur les réseaux sociaux. “Je lui souhaite de surmonter cette épreuve rapidement”, a tweeté le président Français Emmanuel Macron.

“Pensées à toi et ta famille”, a ajouté le Premier ministre Canadien Justin Trudeau. 

Même formule du côté de Michel Barnier, négociateur en chef du camp européen sur le dossier du Brexit, et lui-même infecté par le Covid-19 ces dernières semaines. 

Dans la presse britannique de gauche aussi, la stupeur s’étale en lettres capitales. “Boris, malade, lutte pour rester en vie”, titre le tabloïd Daily Mirror. L’onde de choc se répercute ainsi en une de tous les journaux datés du 7 avril. “La reine a été informée” de la situation, rapporte The Daily Telegraph, particulièrement inquiet : le quotidien conservateur rappelle qu’une personne sur deux infectée par le Covid-19 dans le pays et admise en soins intensifs y décède. “Le Royaume-Uni a besoin de toi, insiste le Daily Mail. Et besoin de toi en bonne santé. C’est pour cette raison que quelle que soit notre appartenance partisane, nous devons espérer ce soir que notre Premier ministre s’en remette vite.” 





A lire aussi

Laisser un commentaire