à Madagascar, le risqué retour en région de milliers de Malgaches



Publié le :

Depuis 15 jours, à Madagascar, tous les taxis brousse et avions du pays étaient à l’arrêt pour limiter au maximum les déplacements de personnes sur l’île. Toutefois, dimanche soir, le président de la République a pris la décision d’autoriser pendant trois jours, le transport de voyageurs pour permettre aux personnes confinées loin de chez elles, de rentrer dans leur ville d’origine si elles le souhaitaient. Les autorités ont vite été dépassées. Une situation inquiétante pour beaucoup d’observateurs.

de notre correspondante à Antananarivo

Des mesures spéciales avaient été annoncées comme le test rapide obligatoire réalisé sur chaque passager avant son embarquement. Mais hier, mardi, au premier jour de voyage autorisé, les autorités ont été complètement dépassées ; dans les gares routières de la capitale : ce sont des milliers de personnes qui se sont présentées pour tenter de quitter Antananarivo, rendant le dépistage impossible. 

Face à l’affluence, les services sanitaires se sont résignés à laisser partir les bus, direction, les quatre coins de l’île. Il est 9h à la gare routière d’Ambodivona. Cet étudiant, dépité, est assis sur sa valise depuis 3h du matin au milieu d’une centaine de personnes. Très peu ici, portent un masque. Aucun des gestes barrières préconisés n’est respecté.

Le jeune homme espérait enfin pouvoir quitter la capitale pour rentrer chez ses parents. « On n’a plus d’argent pour rester. Ca fait trois mois qu’on n’est pas rentrés chez nous, à la maison. Le président a dit que les transports sont autorisés mais ce qu’on voit maintenant, ce n’est pas le cas du tout ».

Tout à coup, une jeune femme interpelle les voyageurs. « Y a-t-il des gens qui souhaitent partir à Anjozorobe ? demande-t-elle. Si oui, vous devez aller dans un centre Covid-19 pour faire le dépistage et revenir demain matin avec le certificat qui dit que vous êtes bien négatif. Et vous pourrez alors partir avec notre bus. »

Le premier centre covid-19 est à 5km. Une cinquantaine de personnes se lèvent, baluchon sur la tête, et prennent la direction du centre, bien décidées à obtempérer.

Les autorités dépassées par la situation

Toutefois, une heure plus tard, dans la principale gare routière de la capitale, face au raz de marée de voyageurs, le ministre des Transports en personne annoncera la levée de cette mesure. Impossible de réaliser ces tests (qui nécessitent au minimum 20 minutes par personne) tant la foule est nombreuse. Finalement, les autorités sanitaires se contenteront de prendre l’identité, la température et de distribuer un masque à chaque voyageur. On asperge l’habitacle avec un produit désinfectant, et les bus, remplis, quittent enfin la capitale.

Le cri d’alerte lancé par une députée, en vain

Lundi, Eléonore Johasy, députée de Vaingaindrano, dans le sud-est de l’île, avait déjà exprimé ses vives inquiétudes dans une lettre ouverte, quelques heures après l’annonce du Président sur l’organisation du retour des habitants dans leur région respective. Elle avait alerté sur la faiblesse des mesures prises pour accueillir de nombreuses personnes possiblement contaminées et les moyens – pour l’instant quasi inexistants- pour éviter la propagation du virus en région.

Hier mardi, après la décision de suspendre les tests de dépistage pour chaque passager, la députée a à nouveau réagi : « Nous avons décidé, les autorités locales et moi, de placer en quarantaine toutes les personnes qui vont débarquer à partir de cette nuit, au plus tard demain matin. Nous agirons avec les moyens du bord. Parce que même si Madagascar a bénéficié d’aides importantes de différents partenaires, il est clair, que à l’heure où je vous parle, nous n’avons encore reçu aucun don qui permettrait de porter assistance et de fournir le nécessaire aux personnes en quarantaine, ni n’avons les moyens techniques ou logistiques pour assumer cette quarantaine ou la réalisation de tests à l’arrivée. Donc de mon point de vue, il y a un risque réel de propagation du virus covid-19 et les structures sanitaires que nous avons ici localement ne sont pas suffisamment équipées et le personnel n’aura pas, je pense, l’expertise pour faire face à une situation critique. »

La possibilité donnée aux Malgaches qui souhaitent rentrer chez eux court jusqu’à jeudi 11h. Au dernier bilan, Madagascar compte 88 personnes officiellement contaminées. 80% des cas ont été découvert, jusqu’à présent, dans la capitale.



rfi

A lire aussi

Laisser un commentaire