Actes xénophobes en Chine : l’ambassadeur en poste à Kinshasa rassure les congolais


Plusieurs Africains, particulièrement à Canton, métropole de 15 millions d’habitants dans la province du Guangdong (Sud), ont déclaré être victimes d’expulsions  arbitraires ces derniers jours et d’interdictions d’entrer dans des commerces.

 

Ils ont raconté avoir été chassés de leurs logements, puis refusés dans des hôtels. Certains ajoutent ainsi avoir été contraints de dormir dans la  rue. 

 

Ces incidents sont survenus après que cinq Nigérians de Canton, testés positifs au Covid-19, se sont échappés de leur quarantaine. L’affaire avait déclenché un tollé et provoqué un déluge de commentaires xénophobes sur internet.

 

« Les autorités du Guangdong attachent une grande importance aux préoccupations relevées récemment par certains de nos amis africains. Elles ont améliorées sans tarder leurs méthodes de travail », a souligné le diplomate en poste à Kinshasa. 

 

Parmi les mesures prises figurent la fourniture des soins « sans discrimination », la désignation d’hôtels pour les étrangers nécessitant un placement en quarantaine et des réductions de frais d’hébergement pour les personnes en difficulté financière.

 

« Par ailleurs, les autorités s’opposent fermement à tout racisme et tout propos discriminatoire », a-t-il dit avant d’ajouter que « l’amitié sino-africaine est profondément enracinée en Chine ».

 

Les incidents à Canton peuvent surprendre, car la Chine entretient des relations avec la plupart des Etats africains, dans lesquels elle a beaucoup investi ces vingt dernières années, a t-il soutenu.

 

« Le peuple chinois a toujours considéré le peuple africain comme un partenaire et un frère qui partage les mêmes difficultés et les mêmes problèmes », a martelé l’ambassadeur. 

 

La Chine a pris de l’avance dans la lutte contre le Covid-19. Mais elle reste sur le qui-vive face aux personnes arrivant de l’étranger, potentiellement porteuses du coronavirus et donc susceptibles de provoquer une deuxième vague épidémique.

 

Christine Tshibuyi



actualitecd

A lire aussi

Laisser un commentaire