À Paris, après le déconfinement, “tous à vélo”



L’un des grands défis du déconfinement sera de faire repartir les déplacements dans la capitale française, tout en veillant à la sécurité des usagers. Pour cela, note Le Soir, le vélo est une piste à prendre au sérieux.

Alors qu’Emmanuel Macron a annoncé la sortie progressive du confinement à partir du 11 mai, une question se pose pour la capitale française : comment “éviter les cohues [dans les transports] lors du déconfinement” ? “Est-ce qu’on imagine remettre tous les jours 5 millions de Franciliens dans les métros et les RER ?”, renchérit la présidente de la région Île-de-France Valérie Pécresse (LR), citée par Le Soir.

Difficile à concevoir, au vu des risques que cela entraîne pour la “ville d’Europe la plus densément peuplée”. Il est vrai que “les métros et les bus, désinfectés régulièrement et conduits par des chauffeurs munis de masques” n’ont jamais cessé de rouler à Paris, puisque “ceux dont le travail est essentiel à la nation” continuaient de les utiliser. Il n’empêche, des aménagements sont actuellement étudiés pour l’après 11 mai.

“La région, la RATP, la SNCF et la Ville de Paris travaillent sur un plan de reprise. Une ébauche à ce stade”, précise donc le quotidien belge. Mais celui-ci “intègre déjà ses limites” :

Le réseau ne pourra de toute façon pas absorber sans risques tous les passagers habituels et il faudra donc avant tout continuer à encourager le télétravail.”

Une solution rapide et pas chère

Parmi les pistes envisagées, il pourrait être question de “modifier les horaires pour éviter qu’il y ait trop de monde aux heures de pointe [dans les transports en commun]”, d’“organiser des files d’attente à l’intérieur ou à l’extérieur des métros et [de] limiter le nombre de passagers par rame”. Mais aussi de mettre en place des “protections individuelles (masques, gants et gels)” pour les voyageurs.

En parallèle, souligne Le Soir, on mise aussi sur l’établissement d’“infrastructures éphémères”. À la Mairie de Paris, il est question d’“aménager très rapidement les grands axes pour qu’on puisse les dédier aux bicyclettes”.

Plusieurs dizaines de kilomètres de pistes, aménagées dès le mois de mai” et qui “ne concerneront pas seulement Paris intra-muros mais qui devraient aussi relier la capitale à ses banlieues et les banlieues entre elles”.

L’avantage ? “Cela peut se faire très rapidement, sans que ce soit très onéreux”, détaille le quotidien, qui s’est entretenu avec un membre de la municipalité. “Il faudra des plots, du marquage au sol et si possible des séparateurs pour garantir la sécurité.” Une mesure, qui pourrait aussi “permettre aux 30 % des Parisiens qui disposent d’une voiture, de ne pas reprendre leur véhicule” pendant un laps de temps, limitant au passage les embouteillages.

Mais des interrogations perdurent, prévient Le Soir, notamment au sujet des habitants “de la première et surtout de la deuxième couronne”. En outre, avec cette stratégie du deux-roues, il ne serait “pas question d’aller jusqu’à la gratuité du service de vélos en location”.

Lire l’article original

Source

Lancé en 1887, le titre s’adresse à l’ensemble des francophones de Belgique. Riche en suppléments et pionnier sur le web, le premier journal de Bruxelles et de la Wallonie voit néanmoins ses ventes s’éroder d’année en année.
Le quotidien

[…]

Lire la suite





A lire aussi

Laisser un commentaire