Appel à candidatures pour le recrutement d’un (e) consultant(e)


La gouvernance de l’eau est une approche qui donne des outils en vue de contribuer à atteindre durablement la réalisation du droit à l’eau et à l’assainissement, reconnu sur la scène internationale en 2010. La gouvernance n’est pas une fin en soi, mais elle donne des outils pour parvenir à un objectif final, celui de garantir le droit et l’accès à l’eau et à l’assainissement des populations. Cela comprend les règles politiques, institutionnelles et administratives, les pratiques et les processus (formels et informels), les coutumes et croyances, au travers desquels les décisions sont prises et mises en œuvre, les parties prenantes expriment leurs intérêts et ceux-ci sont pris en compte, et les décideurs sont tenus redevables de la gestion des ressources d’eau et des services publics d’eau.

Au Burkina Faso, le PN-AEP et le PN-AEUE 2016-2030 sont les programmes nationaux adoptés par le gouvernement pour satisfaire durablement les besoins en eau potable et assainissement des populations. En mars 2019 le taux national d’accès à l’eau potable et celui de l’assainissement en milieu rural est respectivement de 67,3% et 16,4%.

Dans la province du Kénédougou, l’accès à l’eau potable est quasi assuré par les points d’eau tels que les forages, le taux d’accès à l’eau potable est estimé à 52,4%, et environ 22% du parc hydraulique est en panne (Direction de l’Approvisionnement en Eau Potable, 2019). La situation de l’assainissement familial n’est guère meilleure, seulement 20,2% de la population provinciale ont accès à des ouvrages assurant une gestion saine des excréta. Près de 80% de la population est contrainte de pratiquer la défécation à l’air libre. Cette défaillance à de lourdes conséquences sanitaires et environnementales.

L’environnement est un des principaux déterminants de la santé. En effet, la détérioration de la qualité de l’environnement couplée à des comportements et pratiques inappropriés et au manque d’infrastructures d’eau et d’assainissement est à l’origine de certaines maladies telles que les diarrhées, le choléra, les affections broncho-pulmonaires et les intoxications.

Au Burkina Faso, les structures de santé souffrent d’insuffisances notoires des conditions d’accès à l’Eau Potable, l’Hygiène et l’Assainissement. Dans la province du Kénédougou qui compte près d’une cinquantaine de centres de santé et de promotion sociale (CSPS) plus de 90% ne possèdent pas d’un dispositif permettant une élimination saine et sans risque des déchets biomédicaux.

L’approvisionnement en eau potable est assuré par des pompes à motricité humaine dans la quasi-totalité des cas. Les mécanismes d’utilisation, d’entretien et de gestion de ces points ne semblent pas bien maitrisés par les COGES en charge de la gestion des centres de santé. L’une des conséquences de cette méconnaissance est la récurrence des pannes constatées au niveau des points d’eau, privant ainsi d’eau l’ensemble des personnes fréquentant les CSPS y compris les malades et les agents de santé.

Ces insuffisances au niveau de ces services essentiels de base influent défavorablement sur l’hygiène de l’environnement en milieu de soins et sont de nature à compromettre la qualité des services en raison des risques accrus d’infections associées aux soins. Ces risques peuvent non seulement affecter les patients et leur accompagnant mais aussi le personnel soignant.

Action Contre la Faim dans le cadre de la mise en œuvre du Programme Intégré de diversification de la production et d’amélioration nutritionnelle dans la Région des Hauts-Bassins (PADI) a prévu des activités WASH dans les CSPS (wash In health). La wash In health s’articule autour de 4 piliers que sont : (i) l’amélioration des services WASH, (ii) l’amélioration de des pratiques de contrôle et de prévention des infections, (iii) le maintien et la durabilité des services existants, (iv) la bonne gouvernance.

En prélude au déroulement de ces activités Action Contre la Faim en collaboration avec les autorités locales, les districts de N’Dorola et de Orodara, et la DREA-HBS ont décidé de mener une étude diagnostic de la gouvernance de l’eau et assainissement dans les CSPS de la province du Kénédougou. Cette étude vise à apprécier le niveau de mise en œuvre de la gouvernance de l’eau dans ces formations sanitaires, identifier et analyser les besoins prioritaires. L’étude s’inscrit dans une perspective de partage d’informations avec les acteurs locaux sur les standards WASH, les bonnes pratiques et les besoins non couverts dans les centres de santé. Les présents Terme de Référence sont élaborés pour le recrutement d’un consultant national, qui sera commis à cette étude.

Action contre la Faim est une Organisation Non Gouvernementale humanitaire et de développement, fondée en 1979, reconnue d’utilité publique et présente dans près de 50 pays à travers le monde. Elle intervient dans les domaines de la nutrition et santé ; de la sécurité alimentaire et des moyens d’existence ; de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène ; de la gestion des risques de catastrophes ; de la recherche ; du plaidoyer et de la sensibilisation.

L’ONG est présente au Burkina Faso depuis 2008 et intervient dans les régions de l’Est, du Centre-Est. Depuis 2018, Action contre la Faim a reçu un financement de BMZ et met en œuvre en collaboration avec CBM, l’ONG AGED et la CORAH-HBS de janvier 2018 à décembre 2022, le Programme Intégré de diversification de la production et d’amélioration nutritionnelle dans la région des Hauts-Bassins. Ce programme vise à contribuer à la sécurité alimentaire et nutritionnelle des personnes vulnérables, y compris les personnes handicapées dans la région des Hauts-Bassins. Ce programme multisectoriel (SAME, WASH, SANTE-NUTRITION, INCLUSION) dont le lancement a eu lieu le 13 avril 2018 vise à contribuer à la sécurité alimentaire et nutritionnelle des personnes vulnérables, y compris les personnes handicapées dans la région des Hauts-Bassins.

Recrutement d’un(e) consultant(e) individuel (H/F)

Nombre : 01

Type de contrat : CONSULTANCE d’une durée de trente (30) jours ouvrables.

Lieu : Région des Hauts-Bassins.

Objectifs de l’étude :

-  L’objectif général de l’étude est d’analyser et d’évaluer les pratiques WASH en matière de gouvernance des centres santé et de promotion sociale dans la province du Kénédougou. Identifier les facteurs limitants ainsi que les facteurs clés qui permettent aux établissements de soins de santé de maintenir une prévention et un contrôle efficaces des infections et identifier les stratégies qui pourraient être reproduites dans d’autres établissements de soins de santé.

Comme objectifs spécifiques, il s’agit de :

-  Organiser un atelier de cadrage avec les responsables des districts sanitaires et autres acteurs locaux concernés, pour choisir un échantillon représentatif de 35 CSPS qui seront ciblées pour la collecte des données, et présenter les outils d’évaluation pour la validation avec les acteurs concernés. ;

-  Exploiter les documents de politique et stratégie nationale notamment ceux sur les normes et standards en infrastructures et équipement des formations sanitaires au Burkina Faso, la stratégie nationale de gestion des déchets biomédicaux, le code de la santé et l’hygiène publique pour évaluer leur niveau d’appropriation sur le terrain et faire des propositions pour soutenir le plaidoyer en vue du respect des standards WASH dans les formations sanitaires ;

-  Etudier les aspects de gouvernance pour les améliorations des piliers dans les pratiques de Contrôle et prévention des infections, le maintien et la durabilité des services existants, et la bonne gouvernance dans les Centres de Santé ;

-  Identifier les facteurs favorables, les goulots d’étranglement et les facteurs contraignants pour les établissements de santé, en matière de gouvernance WASH et de contrôle et prévention des infections et formuler des recommandations pour l’amélioration des pratiques ;

-  Restituer les résultats de l’étude avec les acteurs concernés et rédiger un rapport d’évaluation.

Qualifications requises

Diplôme / Niveau d’études : Être titulaire d’un diplôme universitaire (BAC+5) en Eau et Assainissement, être Spécialiste en Eau et Assainissement, Ingénieur du Génie sanitaire, des Sciences sociales et en outre correspondre aux compétences requises suivantes :

Compétences requises :

-  Minimum cinq (5) ans d’expérience professionnelle sur des programmes Eau, Assainissement et Hygiène en milieu rural, et dans les centres de santé au Burkina Faso ;

-  Expérience similaire dans l’évaluation de projet Eau, Assainissement et Hygiène avérée en milieu hospitalier et la gestion des infrastructures d’eau ;

-  Bonne connaissance du Contrôle et de la prévention des infections dans les centres de soins

-  Expérience WASH dans les centres de santé sera souhaitée ;

-  Bonne connaissance du PN-AEP ; PN-AEUE, des standards Wash dans les centres de soin ;

-  Maîtrise de la langue française exigée.

N.B : un groupement de deux consultants peut être accepté au cas où le consultant principal décide de faire appel à un associé, dans ce cas les Curricula des deux consultants doivent être présentés dans l’offre de technique, en clarifiant les rôles et responsabilités de chacun.

—-

CONDITIONS GENERALES POUR TOUS LES POSTES

Composition du dossier de candidature :

-  L’offre technique (incluant l’acte d’engagement, la compréhension des TDR, les expériences similaires, les moyens à mettre en place, et le CV détaillé avec les expériences)

-  L’offre financière (incluant le montant forfaitaire de la Consultance)

NB : les offres doivent être signées et cachetées sur toutes les pages en précisant les délais de validités

Procédure de recrutement :

-  Sélection des dossiers ;

Dépôts des dossiers de candidature :

Les offres seront envoyées par courrier électronique à : rddlog@bf-actioncontrelafaim.org et log-or@bf-actioncontrelafaim.org et copie à rddwash@bf-actioncontrelafaim.org et à rptransversal-or@bf-actioncontrelafaim.org au plus tard le 28 avril 2020 jusqu’à 12H00 (UTC).

Les Termes de référence ainsi que les demandes de devis et les autres conditions de soumission à l’offre peuvent être obtenues en appelant les contacts suivants : +226 64 61 87 45 ou par mail au : log-or@bf-actioncontrelafaim.org

Nous vous remercions par avance de l’intérêt que vous porterez à notre offre.





Burkina

A lire aussi

Laisser un commentaire