Andrew Young, ambassadeur des USA au Burkina : « Nous allons sortir de cette crise ; le Burkina a surmonté maintes fois d’autres défis »


Guéri de la maladie à coronavirus, l’ambassadeur des Etats-Unis au Burkina, Andrew Young, s’est prêté aux questions de Lefaso.net. Dans cette interview, il revient sur sa contamination au Covid-19, son évacuation aux USA et ses espoirs pour le Burkina dans la lutte contre la pandémie.

Lefaso.net : Monsieur l’ambassadeur, comment avez-vous appris que vous étiez infecté par le Covid-19 et qu’avez-vous ressenti lorsque vous l’avez appris ?

Andrew Young : Tout d’abord, je voudrais exprimer ma solidarité à l’égard des Burkinabè et du personnel de l’ambassade des Etats-Unis qui s’engagent chaque jour dans la lutte contre le Covid-19 et les autres défis de la vie quotidienne.

En ce qui concerne ma contamination par le coronavirus, comme vous le savez, je suis très en contact avec le public et toutes les parties prenantes de notre partenariat bilatéral. Je me suis efforcé de pratiquer et partager les bonnes méthodes pour lutter contre le virus.

J’avais beaucoup de contacts avec les acteurs qui se trouvent aux premières lignes de cette lutte. Alors, dès que mes symptômes sont apparus — sous forme d’un rhume au départ, puis qui s’est aggravé — j’ai fait le test pour savoir si je pouvais écarter le Covid-19 comme étant la cause de mes éternuements. Dans l’intervalle, je me suis auto-confiné. Dès que j’ai su que le résultat était positif, j’ai aussitôt informé mes proches contacts, mon ambassade, le gouvernement et le peuple burkinabè.

Pourquoi ai-je agi ainsi ? Parce que je suis convaincu que nous allons vaincre le Covid-19 comme nous avons vaincu Ebola et tant d’autres maladies : par la communication et par la médication. Si chacun de nous applique les bonnes pratiques comme la distanciation sociale et la propreté des mains, alors nous allons aplanir la courbe de vitesse de propagation du virus. Ainsi, nous permettrons aux professionnels du secteur de la santé d’avoir la capacité d’agir contre le virus.

Etes-vous le seul Américain à avoir été infecté ?

Quand j’ai appris que j’étais affecté par le virus, ma première pensée était de me dire que je pouvais être un vecteur de transmission. A ce que je sache, jusqu’à présent, je suis le seul Américain au Burkina Faso à avoir été affecté par le virus. Pour ce que je sais, personne parmi mes proches contacts n’a été atteint par le virus. Mais il est important de savoir que ceux qui sont guéris peuvent aider dans la réponse communautaire avec leur immunité initiale.

Votre départ du Burkina a surpris plus d’un. Pourquoi avez-vous pris cette décision ?

La décision de quitter Ouagadougou pour me faire soigner aux Etats-Unis a été prise après consultation avec mon médecin et la direction du Département d’Etat à Washington. Malgré mon désir de rester aux côtés des Burkinabè dans ces moments, j’étais aussi persuadé que mon cas personnel risquait de devenir un fardeau pour le système de santé au Burkina. Je n’ai pas voulu réduire les ressources pour les citoyens burkinabè ordinaires, alors j’ai accepté de partir. J’étais hospitalisé aux Etats-Unis et soigné avec les ressources de mon pays.

Savez-vous que nous avons utilisé l’avion qui m’a évacué pour faire revenir à Ouagadougou un médecin burkinabè, le docteur Brice Bicaba, pour prendre la direction du CORUS (Centre des opérations de réponse aux urgences sanitaires) ? Le docteur Bicaba qui, maintenant, dirige le CORUS, était précédemment au Centre pour le contrôle et la prévention des maladies, que vous connaissez sous le nom de CDC aux Etats-Unis, afin de renforcer notre partenariat contre les maladies infectieuses. Le CORUS est un don du peuple américain au peuple burkinabè que nous avons inauguré en 2018. Avec la fermeture globale de l’aviation civile, le docteur Bicaba ne pouvait plus rentrer sans le vol spécial qui a servi à mon évacuation. Maintenant, il est devenu un acteur majeur dans la lutte nationale contre le Covid-19.

Avez-vous un plan de riposte contre le Covid-19 lorsque le Burkina atteindra le pic de contamination ?

Il y a beaucoup de choses que nous ne savons pas encore à propos de ce virus, par exemple quand est-ce que le pic sera atteint au Burkina. Mais je sais que nous avons une fenêtre d’opportunité pour apprendre et appliquer les leçons venues d’ailleurs dans cette lutte au Burkina. Et les Etats-Unis sont engagés ensemble à vos côtés dans cette lutte.

Quand reviendrez-vous au Burkina Faso ?

Une autre chose que je ne sais pas, est quand je serai de retour au pays des hommes intègres. Mais je sais que je vais rester impliqué de toutes les manières possibles avant mon retour.

Quel est votre message à l’endroit du gouvernement et du peuple burkinabè, de ceux qui sont atteints par le virus et de ceux qui ne le sont pas ?

Oui, j’ai un message pour les Burkinabè, pour votre gouvernement, pour vos familles, pour vos amis qui restent engagés, pour l’ambassade des Etats-Unis d’Amérique à Ouagadougou, pour les guerriers en première ligne dans ce combat :

Ce virus, né en Chine l’année dernière, s’est répandu partout dans le monde y compris le pays des hommes Intègres. Au vaillant peuple burkinabè, puisez maintenant dans vos sources de bonne volonté, de solidarité communautaire. Puisez dans vos valeurs qui sont l’essence même du Burkina Faso, un pays avec une avec formidable histoire de tolérance, de tant de défis surmontés. Respectez les consignes afin d’aplanir la courbe de propagation de ce virus. Engagés ensemble, nous allons sortir de cette crise. Le chemin devant nous sera difficile, mais le Burkina a surmonté maintes fois d’autres défis. Je suis convaincu que vous êtes à la hauteur.

Un dernier mot que je veux partager avec votre audience, merci pour les messages de soutien pendant ma guérison. Ces messages me sont allés droit au cœur.

Merci pour votre soutien personnel – je ne peux pas trouver les mots pour exprimer mon appréciation pour vous. Barka, Aw nitché, FôFô, Thank you.

Interview réalisée par

Edouard Kamboissoa Samboé

Lefaso.net





Burkina

A lire aussi

Laisser un commentaire