Bobo-Dioulasso : Le Centre de prise en charge du Covid-19 s’ouvre aux journalistes


Le Centre de prise en charge du Covid-19 de Bobo-Dioulasso, sis au quartier Belle-Ville, a ouvert ses portes aux journalistes, le mardi 21 avril 2020. Les hommes de médias ont ainsi pu constater les conditions d’internement et de suivi des malades du coronavirus.

Mise à disposition des patients du Covid-19 depuis le 10 avril 2020, l’Hôpital pédiatrique du jour de Bobo-Dioulasso, dénommé Centre de prise en charge du Covid-19, a accueilli les journalistes ce mardi 21 avril 2020. Avec une capacité de 40 lits dont dix fonctionnels, le Centre a enregistré dix guérisons et un décès. Quelques patients se sont prêtés à nos questions.

Mamadou Ouattara a confié avoir été diagnostiqué positif au Covid-19 à l’issue d’un accident. Il avait des vertiges et de violents maux de tête. Aujourd’hui, il dit se porter mieux.

Patient Mamadou Ouattara

Un autre patient, Ali Zerbo, retraité de chemin de fer, soupçonne avoir contracté le virus lors d’un mariage religieux, car c’est après avoir assisté à ladite cérémonie qu’il a commencé à se sentir mal. Il faisait beaucoup de toux. Après avoir fait le tour de quelques centres de santé, il a appelé le numéro dédié au Covid-19. Ali Zerbo prévient ceux qui ne croient pas au Covid-19 que la maladie est bien réelle « Il faut vivre cette maladie pour savoir ce qu’elle fait endurer », dit-il. Bien qu’il soit bien traité, il affirme être par moments pessimiste sur ses chances de guérison.

Patient Ali Zerbo

Selon Dr Jacques Zoungrana, médecin pneumologue, chef du service de prise en charge du Covid-19 du Centre, il y a deux catégories de patients : ceux qui ne nécessitent pas de suivi rapproché (c’est-à-dire qui n’ont pas de signes de gravité) et ceux qui ont besoin de suivi rapproché (c’est-à-dire ceux dans un état très grave). Au niveau du centre, seul un patient est dans cet état et il est suivi par différents médecins, à savoir des réanimateurs, des infectiologues, des pneumologues, des cardiologues… Ces différents corps se donnent mutuellement des coups de main pour éviter le pire. Il a par ailleurs confié que le Centre est doté de l’essentiel pour traiter les patients et qu’ils n’ont enregistré qu’un seul décès à leur niveau.

Docteur Jacques Zoungrana Médecin pneumologue, Chef de service de prise en charge du Covid 19

Quant au traitement, poursuit Dr Jacques Zoungrana, il est fait comme il se doit, de façon symptomatique, avec les besoins qu’il faut pour éviter que l’état s’aggrave. Pour cela, conformément aux recommandations du gouvernement, il est administré aux patients positifs du Covid-19 de l’hydroxychloroquine et de l’azithromycine qui est le traitement curatif qui permet de diminuer la charge du virus. Le traitement symptomatique consiste à donner tout le médicament dont le malade a besoin. Par exemple, s’il a de la fièvre, on lui donne un médicament pour la faire baisser ; et s’il est fatigué, on lui donne de la vitamine…


Afin de rassurer les journalistes sur les conditions d’alimentation des malades, les repas livrés ont aussi été présentés aux hommes de médias.

Haoua Touré

Lefaso.net





Burkina

A lire aussi

Laisser un commentaire