à Kayes, le manque criant de moyens des soignants



Publié le :

Au Mali, dans l’ouest du pays, une partie des personnels de santé dénonce le manque de moyens pour lutter contre le coronavirus. Kayes est l’une des plus grandes villes du pays et elle était aussi la première ville, en dehors de la capitale, à avoir été touchée par la pandémie. Ce lundi 27 avril au matin, un sitting était organisé pour soutenir les agents de l’hôpital.

Avec notre correspondante à Bamako, Coralie Pierret

Le sitting était initialement prévu devant le gouvernorat qui, ce lundi matin, était quadrillé par les forces de l’ordre, relatent plusieurs habitants.

Les manifestants se sont finalement regroupés devant l’hôpital régional Fousseyni Daou. Il s’agit d’un mouvement citoyen pour « appuyer les agents de l’hôpital », selon l’organisatrice Djénabou Labo Traoré de l’association BlonBa, car Kayes, en effet, est l’une des premières villes maliennes à avoir été touchée par l’épidémie.

Depuis deux semaines, des personnels de santé dénoncent le manque de moyens, de matériel et de formation pour lutter contre la pandémie de coronavirus.

« Les sept malades atteints aujourd’hui de Covid-19 à Kayes sont tous des personnels soignants qui se sont contaminés la même semaine, lorsque les premiers cas sont arrivés », indique Gueladio Traoré, du syndicat des travailleurs de l’hôpital.

« Aujourd’hui quatre d’entre eux sont guéris », assure Toumani Konaré. Si ce directeur d’hôpital indique disposer de deux respirateurs, il assure que le matériel est disponible. « Pas en grande quantité, mais suffisant », ajoute-il.

Ce lundi, toujours selon la direction, 80 millions de francs CFA auraient été versés à cette structure régionale de santé.

Par ailleurs, au mois de mars dernier, le gouvernement annonçait avoir mobilisé une enveloppe de 6 milliards de Francs CFA pour lutter contre la pandémie de coronavirus qui a fait, à ce jour, 23 morts au Mali.



rfi

A lire aussi

Laisser un commentaire