Algérie: Personnalités du monde de la culture et internautes saluent la mémoire de Idir


Alger — La disparition de l’icône de la chanson kabyle,Idir, continue de susciter l’émoi dans les milieux de la culture et des arts ainsi que chez des internautes qui regrettent la perte d’un « chanteur qui fait partie de toutes les familles algériennes » et qui aura « bercé plusieurs générations » d’admirateurs inconditionnels.

Dans un vibrant hommage, le romancier Yasmina Khadra pleure, dans un élan lyrique comme à ses habitudes, un chanteur qui « s’en est allé sur la pointe des pieds (…) comme un chant d’été à la fin de la colonie (…), comme se taisent les légendes ne Algérie, son pays, son angoisse son inconsolable litanie », écrit-il.

En évoquant quelques brèves rencontres avec le chanteur « troubadour errant en quête de sa voie », le célèbre auteur algérien écrit: le défunt « va beaucoup manquer à nos joies si chahutées de nos jours par nos peines (…) mais son absence sera pour nous Algériens et pour ses fans de partout, un grand moment de recueillement ».

Ce texte de Yasmina Khadra est illustré par une caricature de Hicham Baba Ahmed, « Le Hic », en hommage à celui qui a laissé une scène vide après avoir raccroché son chapeau sur sa guitare.

Le grand musicien, producteur, arrangeur, Safy Boutella, profondément bouleversé par la disparition d’un « ami » évoque une « perte immense pour notre pays et le monde artistique », alors que le l’auteur compositeur, interprète et dessinateur, Hocine Boukella, alias Cheikh Sidi Bemol, salue en Idir « le phare de notre culture et la lumière qui guide les artistes » .

Les réseaux sociaux se sont emparés de la triste nouvelle pour partager de vieilles photos souvenirs et de selfis pris avec le chanteur et revenir ses ces meilleurs oeuvres, ses duos célèbres et certaines de ses rencontres des personnalités politiques et du monde de l’art et de la culture.

« Eternel comme sa musique »

En guise d’hommage, de nombreuses vidéos et chansons du défunt sont également offerts en partage par des milliers d’admirateurs algériens, pour souligner la popularité et la stature nationale de l’artiste disparu.

Amateurs ou confirmés, des musiciens et chanteurs ont partagé leurs reprises de chansons et de mélodies de Idir en plus des nombreuses anecdotes sur leur découverte des « berceuses chantées par nos mères », grâce à Idir qui les avait remises au goût du jour et sauvées de l’oubli, témoignent-ils.

Dans leurs innombrables messages de condoléances des admirateurs saluent le travail de l’artiste qui a été « l’ambassadeur de la chanson kabyle et de la culture algérienne mais aussi de Tamazight », oeuvrant à la promotion de cette dernière pendant toute sa carrière.Idir aura grandement participé à « l’introduction de la culture algérienne sur la scène internationale de par ses collaborations » avec de grands noms de la chanson algérienne et française, lit-on aussi sur le net.

Idir est décédé dans la nuit du samedi à dimanche dans un hôpital parisien, à l’âge de 71 ans des suites d’une longue maladie.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire