Angola: Cidadela au bord du « gouffre »


Luanda — De nos jours, il est de plus en plus courant d’entendre, parmi les agents sportifs et les membres de la société civile, des questions sur l’avenir possible du mythique stade national de Cidadela, abandonné depuis plusieurs décennies.

Pour ceux qui connaissaient le passé glorieux de ce qui était la scène principale du football angolais, depuis l’aube de l’indépendance nationale, en 1975, il est difficile de croire que l’ancien stade est devenu un « géant presque endormi ».

Bien que nous ne voulions pas l’accepter, il est douloureux de décrire, aujourd’hui, l’image de Cidadela Desportivo, marquée par des fissures qui, parce qu’elles sont tranchantes et dangereuses, mettent en danger la survie de cette infrastructure sportive.

Inauguré en juin 1972, le stade, situé dans le quartier de Rangel, à Luanda, présente une image intérieure et extérieure qui fait regretter tout le monde pour ceux qui ont assisté, de près ou à distance, par radio et télévision, aux plus grands derbys de notre football.

Son état de dégradation actuel nécessite une réflexion sérieuse sur l’avenir.

Le manque d’entretien en temps opportun de cette infrastructure historique, qui n’a jamais été achevée, a déjà conduit le gouvernement à envisager sa requalification ou sa démolition.

Rouvert le 10 décembre 1981, à l’occasion d’alors Jeux des pays d’Afrique centrale, où l’Angola s’est montré au monde comme une nation avide de sport, le stade a déjà subi quelques améliorations.

Cependant, le complexe sportif prévu n’a jamais été achevé et une partie des immeubles d’habitation est restée inachevée pendant des années. Par la suite, ils ont été marginalisés puis interdits.

De même, la piscine olympique de Cidadela n’a jamais quitté plan, laissant place à une tour en construction, dont l’objet social n’a jamais été connu du public.

A cette époque, pour des raisons de sécurité, en raison de fissures dans les piliers principaux, le deuxième anneau du terrain a été fermé par la Confédération Africaine de Football (CAF), et la situation demeure aujourd’hui encore.

En décembre 2019, une commission interministérielle a été créée pour étudier et décider de l’ordre à donner au bien. Mais, au bout de cinq mois, les résultats de l’évaluation technique et la destination à donner à Cidadela Desportivo restent inconnus.

Selon les spécialistes de la construction civile, la situation actuelle de Cidadela, bâtie sur un lagon, résulte du manque d’entretien périodique, situation qui se répète avec les infrastructures construites lors du Championnat d’Afrique « Angola2010 ».

C’est le cas du stade 11 de Novembro (Luanda – capacité de 50 000 spectateurs), Ombaka (Benguela – 35 000), Tundavala (Huíla – 25 000) et Chiazi (Cabinda – 20 000), qui font l’objet de tentatives de récupération 10, ans après elur construction.



Read more

A lire aussi

Laisser un commentaire