avec « Fever », l’écrivain sud-africain Deon Meyer avait prédit la pandémie dès 2016 – Jeune Afrique



Dans « Fever », paru en 2016 et traduit en français en 2017 sous le titre « L’Année du Lion »(Seuil), le romancier sud-africain Deon Meyer prophétisait la destruction d’une partie de l’humanité par un nouveau coronavirus. Voici l’extrait le plus frappant, aujourd’hui, de ce roman haletant.


L’homme sous le manguier

On sait que la fièvre est venue d’Afrique. On sait que deux virus ont fusionné ; un virus humain et un virus de chauve-souris. À l’époque on a beaucoup écrit là-dessus, avant que tout le monde ne meure.

Un médecin a déclaré dans un magazine que personne ne savait exactement comment cela avait commencé, mais il a proposé un scénario. Quelque part en Afrique tropicale, un homme dort sous un manguier. Ses défenses immunitaires sont affaiblies car il est séropositif et n’est pas soigné. Il a déjà un coronavirus dans le sang. Ce n’est pas étonnant, le virus à couronne est assez répandu. À l’époque précédant la fièvre, on en connaissait au moins quatre qui étaient responsables de symptômes grippaux chez l’homme.

Le coronavirus infecte aussi les animaux. Les mammifères et les oiseaux.

Dans le manguier se trouve une chauve-souris avec un autre type de coronavirus dans le sang. La chauve-souris est malade. Elle a la diarrhée et crotte sur le visage du dormeur, sur ses yeux ou son nez ou sa bouche. Maintenant, l’homme a les deux coronavirus dans le sang et ils se multiplient dans les voies respiratoires. Et leur matériel génétique se mélange. Un nouveau coronavirus est né – un virus qui se transmet facilement et qui cause une maladie très grave.

L’homme du manguier vit dans une communauté pauvre où les gens habitent dans une grande promiscuité et beaucoup d’entre eux sont séropositifs. L’infection se répand rapidement et le virus continue sa mutation. Une des mutations est parfaite. Ce virus se transmet facilement par voie aérienne et la personne infectée a le temps de contaminer un grand nombre de victimes avant de mourir.

Un des parents de l’homme du manguier travaille dans un aéroport de la grande ville. Il a le virus parfait dans le sang. Il tousse près d’une passagère juste avant qu’elle ne prenne un vol pour l’Angleterre.

En Angleterre se tient une importante rencontre sportive internationale.

Tous les pays développés ont mis au point des protocoles en cas de maladies mortelles transmissibles. La plupart des pays en voie de développement ont même des stratégies détaillées pour parer à cette éventualité. Il y a des directives et des systèmes prévus en cas d’épidémie. En théorie, ils devraient fonctionner.

Mais la nature se moque des théories. La faillibilité humaine se moque des théories.

Abonné(e) au magazine papier ?
Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital
pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.





jeuneafrique

A lire aussi

Laisser un commentaire