Aung San Suu Kyi lance un concours de masques “faits maison”



En Birmanie, qui fait état de 177 contaminations au nouveau coronavirus et de six décès, la population ne suit guère les consignes de précaution émises par les autorités. Pour tenter d’inverser la tendance, la numéro un de facto du gouvernement tient à montrer l’exemple.
   

“Le 9 avril, la Conseillère spéciale d’État [Aung San Suu Kyi] a mis en ligne des photos sur lesquelles on la voit coudre ses propres masques en tissu. Elle en a inspiré beaucoup mais il y en a encore qui ne portent pas de masques quand ils sortent”, raconte le site The Irrawaddy. Voilà pourquoi, près d’un mois plus tard, celle qui continue d’être largement écoutée à travers le pays a imaginé une nouvelle initiative, à savoir “un concours de masques faits maison” dont elle a fait l’annonce sur sa page Facebook.

Contrairement aux comportements observés dans plusieurs pays asiatiques, les Birmans ont moins l’habitude de porter un masque. La détection des premiers cas de Covid-19 fin mars en incité beaucoup à se protéger. Mais visiblement pas suffisamment, à en croire The Irrawaddy qui explique cette attitude négligente “en partie par l’ignorance qui prévaut et en partie par les coûts exorbitants des masques chirurgicaux pour les pauvres”. Depuis le début de l’épidémie, le prix de ces accessoires a été multiplié par dix.

Pourtant, comme la population n’est pas soumise à un confinement strict, le port du masque reste un des moyens les plus efficaces pour freiner la propagation de la pandémie. “C’est cette nécessité qui semble-t-il a encouragé la Conseillère d’État à annoncer ce concours”, note le site.

Des vainqueurs désignés au nombre de “like”

Concrètement, comment se déroulera la compétition ? Aung San Suu Kyi a fixé quelques règles : “Vous pouvez utiliser une machine à coudre ou le coudre à la main mais chaque candidat doit le fabriquer tout seul”, écrit-elle sur sa page Facebook. Chacun pourra y aller de sa couleur ou de son motif mais seul les seuls tissus autorisés seront le coton ou le lin. Les masques devront en outre répondre aux instructions du ministère de la Santé, dont l’impératif de comporter deux couches de tissu de couleur différente.

Le concours se tiendra pendant trois jours à compter du mercredi 13 mai. “Ce 13 mai, je téléchargerai une photo de moi portant le masque que j’aurai moi-même confectionné. Et alors tout le monde pourra poster sa propre photo et commenter celles des autres”, explique Aung San Suu Kyi. Les trois clichés ayant recueilli le plus de “like” seront désignés vainqueurs. Aucune récompense n’a pour l’heure été annoncée. Et le Prix Nobel de la paix 1991 n’a pas non plus précisé si son propre règlement l’autorisait à prétendre à un prix.

Source

En décembre 2010, peu de temps après la libération de l’opposante historique Aung San Suu Kyi, le mensuel de la dissidence birmane fondé en 1993 a dû renoncer à paraître dans sa version imprimée. L’équipe rédactionnelle, basée à Chiang Mai en

[…]

Lire la suite





A lire aussi

Laisser un commentaire