affrontements intercommunautaires meurtriers à la frontière avec l’Érythrée



Publié le :

De nouveaux affrontements entre communautés ont endeuillé l’est du Soudan le week-end dernier. Des sources officielles et locales donnent des bilans différents, variant entre trois et dix morts après plusieurs jours de tensions, et des dizaines de blessés. Ces affrontements ont une fois de plus mis face à face les communautés Beni Amer et Nouba, à Kassala, la ville-frontière avec l’Érythrée.

Nombre d’habitants de Kassala ont sorti leur téléphone dimanche 10 mai pour filmer leur quartier. Dans leurs vidéos, on voit des colonnes de fumée noire, des maisons détruites, pillées et fumantes, et des gens en colère.

Selon des habitants de la ville, tout a commencé mardi dernier par une bagarre dans une boulangerie entre deux hommes, qui a dégénéré jeudi et vendredi en affrontements violents entre groupes issus des communautés Beni Amer d’un côté et Nouba de l’autre. Dimanche, la situation n’était toujours pas sous contrôle malgré l’intervention de la police et les affrontements ont de nouveau été extrêmement violents dans plusieurs quartiers, selon le gouverneur de l’État.

Le président du Conseil souverain, le général Al-Bourhane, est intervenu dimanche soir, via un message lu à la télévision nationale. Il a dénoncé « les conspirateurs ennemis du peuple » – visant implicitement les partisans encore actifs du président déchu Omar el-Béchir – et promis l’intervention ferme des forces de sécurité.

Un traité de paix et une amnistie avaient pourtant été signés, en mars, entre les deux tribus, en présence du Premier ministre Abdalla Hamdok, alors que des affrontements très meurtriers avaient déjà eu lieu, à partir de mai 2019, à Gedaref et Port-Soudan.

À Port Soudan, les affrontements tribaux reprennent malgré l’état d’urgence



rfi

A lire aussi

Laisser un commentaire