À Séoul, la ruée dans les boutiques Chanel propagera-t-elle le Covid-19 ?



Quand le bruit a couru que la marque de luxe française s’apprêtait à augmenter les prix de ses sacs, ses points de vente ont été pris d’assaut. Au point qu’aujourd’hui les autorités songent à les faire fermer, de crainte que ces attroupements constituent une source de propagation du Covid-19.
   

Nouvelle alerte. Après la détection d’un foyer de contamination à Itaewon – quartier de Séoul, la capitale, connu pour sa vie nocturne –, la Corée du Sud, qui pensait avoir tourné la page de l’épidémie de Covid-19, est à nouveau sur le qui-vive. Et cette fois-ci, à cause des boutiques Chanel. Les autorités de Séoul envisagent même de “prendre un arrêté administratif visant à suspendre leurs activités dans la capitale”, rapporte The Korea Times.

La raison ? Ces points de vente sont suspectés de “participer à la naissance d’un possible foyer d’infection”, explique le journal. Concrètement, les autorités sanitaires ont commencé à s’inquiéter en observant les 11, 12 et 13 mai de longues files d’attente devant lesdites boutiques dans les galeries commerciales. La conséquence directe de l’annonce d’une hausse des prix des sacs à main et autres accessoires de la marque. De 5 à 17 % en Europe, selon un communiqué cité par l’agence Reuters. “Jusqu’à 25 % en Corée”, note The Korea Times, qui dit avoir obtenu le 14 mai une confirmation officielle de Chanel.

Quatre heures et demie d’attente

Dimanche dernier, raconte le journal, les prix figurant sur le site coréen de Chanel ont été retirés. Il n’en fallait pas plus pour que “de nombreux clients considèrent cette hausse comme imminente et se ruent sur-le-champ dans les magasins pour acheter ces articles de luxe”. Une moyenne de 20 à 40 personnes ont commencé à former des queues devant les centres commerciaux, et ce dès 6 heures du matin, “soit quatre heures et demie avant leur ouverture”.

À l’ouverture des portes, les clients se sont précipités à l’intérieur, oubliant de porter correctement leur masque et discutant les uns avec les autres sans garder leurs distances.”

Si une personne dans ces files d’attente était infectée, les risques de contamination seraient élevés, s’inquiètent aujourd’hui les autorités. Autre problème potentiel, relève The Korea Times, “c’est le fait que certains sont venus de l’extérieur de Séoul, car les stocks des boutiques en dehors de la capitale étaient épuisés” et pourraient ainsi propager le virus en dehors de la ville.

Depuis ces premières scènes, les centres commerciaux ont pris des mesures supplémentaires pour canaliser ces foules, pour “prendre la température” des clients et “leur rappeler de porter des masques”. Chanel dit aussi avoir pris des dispositions pour mieux gérer les files qui se forment devant ses magasins. “Nous demandons à nos clients d’enregistrer leur nom et numéro de téléphone et nous les avertissons de l’heure à laquelle ils pourront nous rendre visite”, explique un responsable de Chanel cité par le journal.

 

Source

Filiale du groupe de presse Hankook qui publie déjà l’un des grands quotidiens nationaux, Hankook Ilbo, The Korea Times est le deuxième journal anglophone sud-coréen après The Korea Herald. Bénéficiant du soutien

[…]

Lire la suite





A lire aussi

Laisser un commentaire