Au café, Jacinda Ardern priée de faire la queue comme tout le monde



La Première ministre néozélandaise espérait samedi 16 mai déguster un brunch dans un restaurant de Wellington. Mais, distanciation physique oblige, l’accès lui a été réfusé.
   

Si la Nouvelle-Zélande, exemplaire dans sa gestion de la pandémie de Covid-19, a assoupli ses mesures de confinement, des restrictions restent en place. Dont celle, pour les cafés, de ne pas accueillir un trop grand nombre de clients en même temps afin de respecter les règles de distanciation physique. Voilà pourquoi Jacinda Ardern et son conjoint “ont été refoulés” samedi 16 mai “du café Olive à Wellington”, rapporte The New Zealand Herald.

“Personne ne peut passer outre les restrictions liées au coronavirus, pas même la Première ministre”, renchérit le journal. Le site Stuff a interrogé un client du café :

Un des serveurs, mal à l’aise, leur a dit que le café était plein et qu’aucune table n’était disponible. Ils sont partis. Et on s’est demandés si nous devrions leur céder notre table.”

Clarke Gayford, le compagnon de Jacinda Ardern, a endossé un peu plus tard sur Twitter la responsabilité de ce contretemps, reconnaissant “n’avoir réservé nulle part”, selon The New Zealand Herald.

“Mais attendez, conclut The New Zealand Herald. L’histoire a une happy end. Peu après ce refus, une table s’est libérée et un serveur du restaurant a rattrapé le couple.” Le propriétaire du café Olive s’est dit surpris du battage médiatique autour de cet incident mais a reconnu qu’après “tout le stress et les drames” de ces deux derniers mois, il était après tout agréable de parler de “quelque chose de léger et d’amusant”.

Après plusieurs semaines d’un confinement strict, Jacinda Ardern avait annoncé fin avril assouplir les mesures en place, assouplissement étendu le 14 mai. Ce dimanche 17 mai, la Nouvelle-Zélande faisait état de 1 149 contaminations au nouveau coronavirus confirmés et 21 décès.





A lire aussi

Laisser un commentaire