Algérie: Nécessaire conjugaison des efforts pour lutter contre la spéculation des prix


Setif — Le ministre du Commerce, Kamel Rezig a mis l’accent, lundi lors d’une visite de travail à Sétif, sur la nécessaire « conjugaison des efforts de tous pour lutter contre toute forme de spéculation des prix des produits de consommation sur les marchés ».

Lors d’un hommage, au siège de la wilaya, aux cadres et agents de contrôle des Directions de plusieurs wilayas, dont Sétif, Annaba, Skikda, El Tarf, Bejaia et M’sila, ayant été victimes d’agressions dans l’exercice de leurs missions, M. Rezig a affirmé que grâce à vous et l’aide sur le terrain de la Sûreté et la Gendarmerie nationales, des Douanes et autre secteurs concernés, « nous seront un rempart face à tous les dépassements commerciaux ».

Admettant « la difficulté » des missions des agents de contrôle, le ministre a souligné que leur rôle était nécessaire surtout dans la conjoncture exceptionnelle que traverse le pays.Et d’ajouter à l’adresse des agents de contrôle, « nous avons pu, en dépit d’être au deuxième mois du confinement, garantir la stabilité des prix de la quasi-totalité des produits de consommation sur le marché ».

« Nous oeuvrerons à la mise en adéquation de nos marchés aux normes et standards internationaux, c’est-à-dire que les prix obéissent à la règle de l’offre et de la demande et non à la spéculation », a affirmé le ministre du Commerce.

Lors de l’inauguration de la section de wilaya du Centre national du registre de commerce (CNRC) à la cité El Abradj dans la ville de Sétif, M.Rezig a souligné l’impératif de poursuivre la généralisation du registres de commerce électroniques. La fin de l’année en cours étant la date butoir aux commerçants retardataires pour accomplir l’immatriculation au registre de commerce électronique, sous peine de radiation définitive, a soutenu le ministre.

Au niveau d’une unité privée de fabrication de masques dans la zone d’activité Helatma dans la commune de Guedjel, le ministre s’est enquis de la production de cette usine, estimée à un (1) million de masques/jour, en plus de vêtements de protection.

Sur les mêmes lieux, le ministre du Commerce a indiqué que l’Etat encourage et autorise la production des masques destinés au grand public sans avoir besoin d’immatriculation au registre de commerce, et ce momentanément au regard du contexte sanitaire exceptionnel que traverse le pays, proposant au propriétaire de l’usine de produire des masques pour enfants.



Read more

A lire aussi

Laisser un commentaire