Cameroun: Exhortation à une union sacrée


Le constat est implacable : le monde subit, avec le Covid-19, l’une des pandémies les plus violentes, les plus redoutables de ces dernières décennies. Les statistiques sur le sujet sont pour le moins ahurissantes, au point de susciter des interrogations les plus angoissées sur le devenir des nations, voire de l’humanité.

Totalement immergé dans le village planétaire que représente le monde, le Cameroun ne saurait être épargné par les désagréments et ravages de la terrible pandémie qui, en l’espace de quelques semaines, a mis à genoux les Etats et l’espèce humaine.

C’est ce qui explique et justifie la sortie inhabituelle et, par conséquent exceptionnelle du chef de l’Etat mardi dernier, à la veille de la commémoration de la fête nationale de notre pays. Un message dense et galvanisant, consacré au combat inlassablement mené par le gouvernement sous son impulsion contre ce fléau qu’est le coronavirus. Une pandémie qui sape les fondements de l’économie mondiale, éclipse toutes les autres pathologies, hypothèque gravement l’acquisition des savoirs à travers les systèmes éducatifs à l’échelle planétaire. Autant dire sans fioriture que la menace est particulièrement préoccupante. Elle appelle une réponse conséquente.

C’est dans cette optique que le président Paul Biya exhorte ses compatriotes à une union sacrée de toutes les forces vives de la nation. L’objectif poursuivi étant de doter le pays des moyens les plus efficients qui soient en vue d’opposer à ce virus dévastateur la résistance la plus appropriée.

Il s’agit avant tout de prendre la mesure exacte du défi et des enjeux liés au Covid-19 qui ne fait assurément pas dans la dentelle. En témoigne, l’impressionnant décompte de victimes et autres dégâts incommensurables de la maladie à travers le monde. Y compris dans les pays qui pourraient se targuer de disposer des systèmes de santé les plus performants de la planète. D’où l’impérieuse nécessité, face à l’ampleur de la tâche, de « rester un peuple uni, solidaire et discipliné ». Afin de réunir les conditions optimales de succès dans la lutte contre la propagation du Covid-19. C’est le sens à donner aux précieuses contributions de certains concitoyens dans le cadre du Fonds spécial de solidarité nationale mis en place à cette fin. On sait que dans le même sillage, de nombreuses entreprises citoyennes à travers leurs organes dirigeants n’ont pas hésité à sortir leur carnet de chèques. Au nom de l’intérêt général, de la défense de la République.

Cet élan de générosité, cette mobilisation tous azimuts, doivent être maintenus, consolidés, amplifiés. Jusqu’à la victoire finale. Sans verser dans de vaines querelles bizanthines. L’on sait, à cet égard, avec quel acharnement certains entrepreneurs politiques en mal de positionnement et de visibilité font feu de tout bois pour exploiter malicieusement les souffrances des populations. Ils devraient se garder de manœuvres si basses. Au risque de se tromper définitivement de combat et d’adversaire.

Fort heureusement, il est réconfortant de relever, pour le saluer, que l’immense majorité de nos concitoyens sont conscients des impératifs de l’heure : faire chorus derrière le chef de l’Etat et les pouvoirs publics pour contrer efficacement le redoutable virus qui affiche la velléité d’imposer sa présence à tous. A nous, filles et fils de ce pays, au-delà des clivages partisans ou religieux, de ne point lui en laisser l’opportunité. Il importe pour cela de demeurer soudés, dans un commun désir d’affronter avec courage et détermination l’ennemi commun, le Covid-19.

C’est d’un nouveau sursaut qu’il s’agit aujourd’hui. Car l’histoire a retenu qu’en d’autres circonstances dans le passé, le peuple camerounais a su faire front commun pour relever des défis d’envergure. A l’instar de la mobilisation constante autour de l’unité nationale du Cameroun et du caractère indivisible de notre nation. Le président Paul Biya appelle donc ses concitoyens à un engagement renouvelé et déterminé pour faire échec à la pandémie Covid-19. Les Camerounais sont parfaitement à la hauteur de cet autre défi.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire