Bientôt une plainte contre trois agents municipaux véreux


 Le Hall principal de l’hôtel de ville de Libreville © D.R

Un commandant du ministère des Eaux et Forets, une dame, contrariée par un comportement rétrograde de trois agents municipaux du service Transport de la Mairie de Libreville, lesquels exigent une somme oscillant entre 30 000  et 100 000 FCFA pour restituer ses documents  afférents à la conduite saisis apparemment sans infraction, a décidé d’ester ces agents véreux en justice.

« Je vais saisir la justice à ce sujet d’ici quelques jours », a menacé le commandant des Eaux et Forets, visiblement victime d’une tentative d’escroquerie et de raquet.

Le crime de dame L. A. E est d’avoir rendu service à une septuagénaire en l’embarquant dans sa voiture. Le transport étant difficile pour la vielle  maman qui était accompagnée de son petit fils.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Mairiecontener.jpg.

Les documents du commandant des eaux et forêts sont confisqués dans ce bâtiment annexe   de l’hôtel de ville de Libreville construit en conteneur © D.R

« Il était environ 9h, alors que je regagnais mon bureau, au PK8, une vieille dame et son petit-fils allaient dans ma direction. Pris de pitié je les ai embarqués. Je suis surpris de voir des personnes en civil et se présentant comme des agents de la mairie de Libreville, bloquer mes documents en me signifiant que je n’ai pas le droit de transporter quelqu’un. Je n’ai rien compris et ils n’ont même pas voulu écouter mes explications. Ils m’ont donné un numéro de téléphone pour que je puisse négocier, avant que le dossier n’arrive à l’hôtel de ville. Ce que j’ai refusé. En arrivant à l’hôtel de ville, au container où sont détenus les dossiers, le monsieur  et la dame que j’ai trouvée, m’ont à leur tour demandé de débourser 30.000 mille francs au lieu de 100 mille pour avoir mes documents. Jusque là je ne comprends toujours pas pourquoi je devrais payer pour récupérer mes papiers. C’est vraiment incroyable. Et moi je ne laisserai pas cette histoire ainsi », a-t-elle prévenu.

Ces dérives comme bien d’autres  sont connus du maire de Libreville, Léandre Nzué, qui s’évertuent, selon certaines indiscrétions, de rappeler chaque fois à l’ordre ces indélicats. D’après un haut cadre de la mairie de Libreville, « malgré ses rappels à l’ordre, certains brillent toujours dans des actes répréhensibles, au lieu d’être professionnel. Et cela entache l’image de toute une administration. Et c’est dommage ».

Les licenciements de certains agents municipaux  véreux seraient peut être la solution idoine pour ramener de l’ordre dans l’institution municipale de Libreville, transformée en caisse de résonance.

Antoine Relaxe    





gabonactu

A lire aussi

Laisser un commentaire